Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger recommencent à fonctionner après une panne de plusieurs heures | 24 heures
/bref

Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger recommencent à fonctionner après une panne de plusieurs heures

Image principale de l'article Facebook et Instagram recommencent à fonctionner
AFP

Enfin! Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger fonctionnent de nouveau, après plus de six heures de panne.

• À lire aussi: Une lanceuse d’alerte fait fuir des documents internes de Facebook: ce qu’il faut savoir sur le scandale

Lundi, Facebook a rencontré des problèmes majeurs qui affectaient des dizaines de millions d’utilisateurs dans le monde. Tout cela survient alors que le groupe traverse l’une de ses pires crises de relations publiques.

«Ce site est inaccessible», «impossible de trouver l’adresse du serveur», indiquait le site de Facebook lundi vers 11 h 30. 

«Nous sommes au courant que certaines personnes ont du mal à accéder à nos applications et produits. Nous travaillons à un retour à la normale le plus rapidement possible et nous présentons nos excuses pour ce désagrément», a tweeté Facebook.

Des plateformes touchées lundi soir par une panne gigantesque, «la plus importante jamais observée» par Downdetector un site qui recense les signalements d’utilisateurs et selon lequel «des milliards» ont été affectés.

«Changements de configuration» 

Facebook a indiqué tard lundi soir dans un communiqué que cette panne avait été causée par un «changement de configuration défectueux» de ses serveurs. 

«Les personnes et les entreprises dans le monde dépendent de nous pour rester connectés», a noté le groupe jusque là peu loquace sur l’incident exceptionnel. «Nous présentons nos excuses à ceux qui ont été affectés», a ajouté Facebook, soit potentiellement plusieurs milliards de personnes selon divers experts en cybersécurité.

Tout le monde sur Twitter!

Constant également les problèmes, nous avons fait comme tout le monde: nous nous sommes précipités sur Twitter.

 

Et ça, Twitter le sait très bien.

Le hashtag #instagramdown est d’ailleurs rapidement devenu la tendance numéro 1 au Canada.

Un incident majeur  

Les problèmes techniques ou de cybersécurité qui bloquent temporairement l’accès aux sites et applications ne sont pas rares, mais la durée et l’ampleur de cette interruption de quatre services utilisés par des milliards de personnes en font un incident majeur.

Sur Twitter, de nombreuses rumeurs circulaient sur les causes possibles du problème, et les conséquences pour les employés de Facebook, qui auraient eux-mêmes des problèmes de connexion en interne.

Toujours sur le réseau des gazouillis, le malheur de Facebook et ses plateformes faisait le bonheur de ses concurrents et de ses utilisateurs critiques.

«Les inscriptions sont en forte hausse sur Signal (bienvenue tout le monde)», a ainsi écrit la messagerie réputée pour son cryptage des données.

«Nous savons aussi ce que c’est de travailler pendant une panne et nous souhaitons bonne chance aux ingénieurs qui essaient de remettre les plateformes en ligne», a-t-elle ajouté.

«Que faire maintenant? Gmail», s’amusait de son côté le compte officiel de Google au Royaume-Uni.

Les critiques et utilisateurs facétieux n’étaient pas en reste, avec de nombreux messages humoristiques et des références à la nécessité de se parler désormais «en vrai».

«Les gens qui font des blagues sur les services de Facebook me rendent malades. Tous ceux qui utilisaient un casque de réalité virtuelle Oculus au moment de la panne sont piégés dans un monde parallèle et s’ils meurent là ils meurent dans la vraie vie», ironisait par exemple Gavin Young, qui se présente comme un ingénieur informatique.

Une crise sans précédent  

La panne intervient alors que la plateforme aux près de 3 milliards d’utilisateurs mensuels traverse l’une des pires crises sur sa réputation depuis deux semaines, à cause des révélations d’une lanceuse d’alerte.

Ancienne ingénieure chef de produit chez Facebook, Frances Haugen a fait fuiter de nombreux documents internes et a accusé le groupe de «(choisir) le profit plutôt que la sûreté» de ses utilisateurs, dans un entretien diffusé par la chaîne CBS dimanche.

Elle doit être interrogée mardi par les élus américains lors d’une audition consacrée à l’impact de Facebook et Instagram sur les enfants et adolescents.

À lire aussi

Et encore plus