C’est quoi, au juste, le programme d’aide aux joueurs de la LNH? | 24 heures
/bref

C’est quoi, au juste, le programme d’aide aux joueurs de la LNH?

Image principale de l'article C’est quoi, le programme d’aide aux joueurs?
Photo d'archives, Martin Chevalier

Le grand retour de Carey Price approche. Après avoir intégré, début octobre, le programme d’aide aux joueurs de la LNH, le gardien étoile sera de retour dans l'entourage du Canadien, lundi. Mais c'est quoi, au juste, ce programme d'aide?

• À lire aussi: La «meilleure décision» pour sa famille: la femme de Carey Price, Angela, réagit

Instauré en 1996  

C'est un programme que la Ligue nationale de hockey (LNH) et l’Association des joueurs ont mis sur pied en 1996. 

Chaque ville représentée dans la LNH dispose des effectifs nécessaires pour venir en aide aux joueurs qui le demandent. 

Son objectif?     

Quel est l'objectif principal de ce programme? Offrir un soutien aux joueurs – et aux membres de leur famille – qui souffrent de divers problèmes de nature personnelle, comme des troubles de santé mentale ou encore d’abus de substances. 

On ne connaît pas les raisons qui ont poussé le gardien du Canadien à se tourner vers ce programme. Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, avait mentionné que la situation était «vraiment confidentielle».

s

Ça dure combien de temps?     

La durée minimale de l’absence d’un joueur qui participe au programme spécial est de 30 jours.

D'autres joueurs l'ont suivi?     

Dans les dernières années, des joueurs vedettes de la LNH sont entrés dans le programme d’aide de la LNH. 

Bobby Ryan

Photo d'archives

Bobby Ryan

Ce fut le cas de l’attaquant des Sénateurs d’Ottawa Bobby Ryan, en 2019, et de Connor Ingram, des Predators de Nashville, en janvier dernier.

Des troubles de santé mentale?   

Le gardien vedette du CH pourrait avoir décidé de se mettre à l'écart du jeu pour prendre soin de sa santé mentale. C'est ce que donne à penser un message publié ce matin sur Instagram par sa femme, Angela.

Cette dernière a dit souhaiter que la décision de son mari témoigne de «l’importance de mettre sa santé mentale en premier, pas seulement en en parlant, mais en prenant ses responsabilités et en mettant l'effort nécessaire pour aller mieux».

– Avec l'Agence QMI