Vous pouvez chauffer votre demeure en minant des bitcoins (si vous êtes patients) | 24 heures
/portemonnaie

Vous pouvez chauffer votre demeure en minant des bitcoins (si vous êtes patients)

La chaufferette Heatbit permet de miner des bitcoins tout en chauffant une pièce.
Heatbit

La chaufferette Heatbit permet de miner des bitcoins tout en chauffant une pièce.

BILLET - Miner des cryptomonnaies produit de la chaleur. Ça tombe bien, on doit se chauffer plusieurs mois par année au Québec. On a sorti la calculatrice pour savoir s’il était possible de faire une pierre deux coups et de convertir cette énergie en bitcoins.

• À lire aussi: Les transactions de crypto sont maintenant illégales en Chine : le bitcoin chute de 6%

L’idée de chauffer sa maison en minant des cryptomonnaies n’est pas si farfelue. En fait, il existe même des appareils conçus spécialement pour ça, comme le Heatbit, un amalgame entre un ordinateur et une chaufferette qui sera lancé le mois prochain pour environ 1400$. Celui-ci mine pour environ 5$ par jour de bitcoins et il a été optimisé pour le chauffage (assez joli pour ne pas devoir être caché sous un bureau, consommation de 1300 W équivalente à une plinthe électrique, ventilateurs silencieux pour diffuser la chaleur, etc.). 

Si le Heatbit était un ordinateur comme les autres, il se rembourserait en approximativement 20 mois de minage, soit le temps d’amasser suffisamment de bitcoins pour compenser le prix d’achat et le coût en électricité. Le but ici n’est toutefois pas de faire fonctionner l’appareil 365 jours par année, mais plutôt de s’en servir uniquement quand il faut chauffer la maison. L’opération est donc un peu plus verte, puisque l’énergie utilisée aurait de toute façon été convertie en chaleur par une plinthe électrique. 

On a fait des calculs

Calculer l’énergie nécessaire pour chauffer une pièce est normalement complexe et très approximatif. Par chance, j’ai depuis quelque temps des thermostats intelligents à la maison (des Sinopé TH1123WF), qui m’indiquent la consommation énergétique exacte de mes plinthes électriques. 

L’hiver dernier, j’ai par exemple consommé un modeste 1275 kWh au sous-sol, mais un immense 4866 kWh dans la pièce principale au rez-de-chaussée (il faut dire que l’espace est ouvert et que la plinthe est située sous une fenêtre). 

Le Heatbit (ou un autre appareil du genre) pourrait être utilisé pour remplacer une de ces deux plinthes. Au cours actuel du bitcoin, et au niveau de difficulté des algorithmes de minage, j’aurai amassé assez d’argent pour le rembourser vers février 2023 si je l’installe au rez-de-chaussée. Au sous-sol, la situation se complique. Puisque ma consommation est plus petite, c’est plutôt en mars 2030 qu’il sera remboursé. Chez un ami avec un appartement minuscule pour lequel j’ai aussi fait le calcul, c’est en novembre 2026. 

Une solution complexe et instable

Et rien n’est garanti. Le bitcoin peut s’effondrer, et les calculs nécessaires pour miner la cryptomonnaie sont de plus en plus complexes avec le temps (pendant que la puissance du Heatbit, elle, demeure stable). Ces facteurs pourraient rallonger cette période encore plus.

Autrement dit, à moins d’avoir une très grande pièce mal isolée comme la mienne, miner des bitcoins pour vous chauffer est possible, mais vous devrez le faire pendant plusieurs années avant de rembourser l’achat de l’appareil, et vous courrez le risque d’être pris avec de l’équipement désuet avant de vous être remboursé. 

Et dans plusieurs cas, changer ses fenêtres et programmer ses thermostats pour qu’ils chauffent un peu moins la nuit serait probablement une meilleure option pour moins consommer et économiser.