Anxiété et dépression: les effets thérapeutiques du CBD ressentis même à petite dose | 24 heures
/bref

Anxiété et dépression: les effets thérapeutiques du CBD ressentis même à petite dose

Image principale de l'article Les effets du CBD ressentis à petite dose
Dominick Gravel/Agence QMI

Même à petite dose, le CBD peut réduire les symptômes de l’anxiété et de la dépression chez les personnes cliniquement anxieuses ou déprimées, révèle une nouvelle étude.

Les chercheurs ont constaté que les effets bénéfiques de la molécule sœur du THC peuvent être ressentis à des doses aussi faibles que 60 milligrammes, ce qui contredit l’idée qu’il faut absolument d’énormes doses pour en bénéficier, avance le directeur de recherche chez Realm of Caring, une organisation spécialisée dans la recherche sur le cannabidiol (CBD). 

• À lire aussi: Anxiété, stress, troubles de sommeil: le CBD plus populaire que jamais

• À lire aussi: On a demandé à des experts si le CBD aide vraiment à dormir

«La plus grande fausse idée à laquelle cette étude s’attaque est que les doses de CBD doivent être comprises entre 400 et 600 mg avant que les effets psychiatriques positifs puissent être obtenus», soutient-il. 

Plus de 500 personnes, majoritairement des femmes déprimées ou anxieuses aux prises avec des problèmes de douleur chronique, ont participé à l’étude sur une période de quatre ans. 

• À lire aussi: Ils ont choisi de remplacer l’alcool par du cannabis

Tous les trois mois, leur qualité de vie, leur sommeil, leur degré de douleur et les symptômes d’anxiété et de dépression étaient analysés en fonction de la prise de produits de cannabis médicinal. 

Au départ, les participantes rapportaient que la consommation de produits de cannabis à base de CBD avait des impacts positifs sur leurs symptômes dépressifs, mais pas sur leur anxiété. Elles ont aussi indiqué que la qualité de leur sommeil s’était améliorée et que l’intensité de leur douleur avait diminué. 

Dans les mois qui ont suivi, elles ont graduellement associé leur consommation à «une diminution significative de l’anxiété», des résultats qui n’ont pas été observés chez les participantes qui ne consommaient pas de cannabis. 

Des observations intéressantes, mais insuffisantes  

Bien qu’il juge ces résultats encourageants, le Dr Didier Jutras-Aswad, spécialisé dans les effets du cannabis sur le corps humain et chef du Département de psychiatrie au CHUM, mentionne que plusieurs nuances s’imposent. 

D’abord, les participants n’étaient pas seulement aux prises avec la dépression et l’anxiété, mais aussi avec des douleurs chroniques. Il est donc impossible d’établir un lien clair entre la prise de CBD et les améliorations rapportées sur leur humeur.

• À lire aussi: Lavande, tisane, ashwagandha... est-ce que ça aide vraiment à dormir?

• À lire aussi: Six conseils pour mieux dormir sans aucun médicament ni supplément

«L’étude est intéressante, mais on ne sait pas exactement si les améliorations que ces gens rapportaient sur leur santé mentale étaient directement liées au cannabis, puisque le cannabis peut soulager la douleur, et que la douleur peut être une cause de dépression et d’anxiété. Est-ce que quelqu’un souffrant exclusivement de dépression et d’anxiété aurait eu les mêmes résultats? Ça reste à confirmer», explique le psychiatre. 

Ensuite, les participants savaient ce qu’ils consommaient et ont spécifiquement été choisis pour cette raison. «Il aurait fallu choisir des gens au hasard et inclure un groupe placebo dans l’étude pour pouvoir mieux observer la corrélation», dit-il. 

Est-ce à dire que les petites doses de CBD ne peuvent pas avoir d’effet sur l’humeur ? Pas tout à fait, répond l’expert. 

«C’est bien, parce que l’étude vient confirmer que les gens rapportent des effets bénéfiques, il ne faut pas ignorer cela. On ne peut simplement pas le confirmer avec des données solides pour l’instant», précise-t-il. 

Le Dr Jutras-Aswad se penchera d’ailleurs sur cette question dans les prochains mois, alors que lui et son équipe commenceront des études sur les effets de la prise de CBD à petites doses. 

À lire aussi

Et encore plus