Projet Montréal veut réduire le prix des permis de véhicules libre-service | 24 heures
/bref

Projet Montréal veut réduire le prix des permis de véhicules libre-service

Image principale de l'article Prix réduit des permis de véhicules libre-service
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Projet Montréal a annoncé, samedi, une série de mesures pour populariser l’utilisation des véhicules en autopartage, comprenant entre autres la réduction du prix des permis jusqu’à 1$.

D’ici 2023, si Projet Montréal est réélu, un permis réservé aux véhicules libre-service (VLS) électriques ne coûtera que 1$, alors qu’il en coûte actuellement 300$. Le permis d’un VLS hybride, quant à lui, passera de 835$ à 225$, alors que celui d’un VLS à essence passera de 835$ à 600$.

• À lire aussi: Crise du logement: Denis Coderre promet 50 000 logements en 4 ans

• À lire aussi: Voici comment les candidats à la mairie de Montréal-Nord veulent enrayer la violence

Le parti veut également favoriser le déploiement des véhicules en libre-service dans tous les arrondissements de Montréal, en visant une augmentation de ceux-ci de 50% en quatre ans.

«Chaque véhicule en libre-service permet de retirer 5 à 11 véhicules de la route, c’est donc une option de mobilité essentielle à la diminution du trafic et des gaz à effet de serre. Les incitatifs et les assouplissements que nous mettrons en place favoriseront le choix de l’autopartage auprès d’un plus grand nombre de familles, d’employés et d’étudiants, au bénéfice des Montréalais et des générations futures», a déclaré Valérie Plante, mairesse sortante et cheffe de Projet Montréal, par communiqué.

La semaine dernière, le candidat à la mairie de Montréal et chef d’Ensemble Montréal, Denis Coderre, s’est engagé à offrir le stationnement gratuit pour les Montréalais qui utilisent les véhicules en libre-service (VLS) et d’augmenter «considérablement» l’offre de covoiturage «pour contrer l’utilisation de l’auto solo».

«Alors que l’administration précédente avait interdit les VLS dans le centre-ville, nous avons ouvert de nouvelles zones dans Ville-Marie, tout en permettant leur stationnement devant les parcomètres. Ces nouvelles habitudes ont été adoptées par des milliers de Montréalais.es et nous irons encore plus loin au cours de notre deuxième mandat pour améliorer constamment la mobilité des Montréalaises et des Montréalais», a ajouté, samedi, Eric Alan Caldwell, aspirant conseiller de Ville dans le district Hochelaga.

À lire aussi

Et encore plus