Arrestation ratée à Villeray: les deux policières sont-elles à blâmer? | 24 heures
/bref

Arrestation ratée à Villeray: les deux policières sont-elles à blâmer?

Avez-vous vu passer sur Instagram cette vidéo d'une tentative d'arrestation ratée dans le quartier Villeray, à Montréal?

• À lire aussi: 6 choses à savoir sur François Amalega Bitondo, ce militant antivax détenu parce qu’il refuse de porter un masque

Jeudi dernier, un adolescent interpellé par deux agentes du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a réussi à s’échapper alors que les policières tentaient de le menotter. 

La scène a été captée sur vidéo et diffusée sur les réseaux sociaux. On y voit un homme se débattre pour échapper aux policières, réussir et partir à la fuite. Les policières prennent ensuite la voiture pour le suivre, et des menottes restent au sol après leur départ.

En entrevue à TVA Nouvelles, l’inspecteur du SPVM à la retraite André Durocher a remis en question la technique utilisée par les deux agentes, qui tiraient chacune un bras du suspect dans des directions opposées.

«Je me souviens qu’avec mon partenaire, ça arrivait des situations comme ça. J’aurais crié: “lâche-le!” Et immédiatement [...], j’aurais utilisé sa force à lui pour le projeter au sol», suggère André Durocher.

Ce dernier ajoute toutefois qu’à son avis, les policières ont bien travaillé. Le policier à la retraite explique que le stress et la peur de procéder à une arrestation trop musclée peuvent avoir contribué à l’échec de l’intervention.

• À lire aussi: Où sont les points chauds? Cette carte interactive recense les interpellations policières à Montréal

«Je suis convaincu que si, dès le début, on avait appliqué des techniques à mains nues puissantes, peut-être que l’incident se serait ramassé au bulletin de nouvelles, mais pas pour les mêmes raisons», indique l’ex-inspecteur du SPVM.

De son côté, l’analyste en interventions policières, Daniel Cléroux, confirme que les policiers reçoivent une formation étoffée en matière de techniques d’arrestation.

«Je me souviens du temps où j’étais là, on avait plusieurs reprises et beaucoup de formation là-dessus», raconte Daniel Cléroux.

«Moi, je suis un gros gars et ça m’est arrivé d’en échapper», note-t-il, toutefois.

L’ensemble des anciens policiers consultés par TVA Nouvelles rappellent que chaque intervention est différente et que la technique enseignée peut être souvent difficile à appliquer.

*

À VOIR

6 choses à savoir sur le complotiste anti-masques

s