Concert sans masque au Centre Bell: des propriétaires de bars dénoncent l'incohérence | 24 heures
/bref

Concert sans masque au Centre Bell: des propriétaires de bars dénoncent l'incohérence

Image principale de l'article Des propriétaires de bars dénoncent l'incohérence
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Pour la première fois depuis longtemps, le Centre Bell faisait salle comble le week-end dernier pour le spectacle d’Enrique Iglesias et de Ricky Martin. Les images de spectateurs qui dansent sans masque ni distanciation ont fait réagir sur les réseaux sociaux, alors que certains propriétaires de bar dénoncent le deux poids, deux mesures.  

Ricky Martin

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Ricky Martin

Si les salles de spectacle peuvent de nouveau se remplir à capacité maximale, les spectateurs doivent présenter leur passeport vaccinal et porter un masque en tout temps, selon les derniers allègements annoncés par le gouvernement du Québec.  

Enrique Iglesias

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Enrique Iglesias

Le port du masque obligatoire semble pourtant avoir été ignoré par de nombreux fans montréalais des deux stars de la pop latine, vendredi soir dernier. Sur des vidéos partagées sur les réseaux sociaux, on peut voir de nombreuses personnes en train de danser, debout et sans masque.  

Le Ministère de la Santé et des Services sociaux déplore que plusieurs personnes n’aient pas respecté les mesures sanitaires lors du concert. 

«Les promoteurs des grands événements se doivent de s’assurer de faire respecter les mesures sanitaires, c’est-à-dire que toute personne est une place assise assignée et que le masque soit porté en tout temps à l’intérieur, nous a répondu le MSSS par courriel. Les images qui circulent sur le web ne représentent pas les mesures sanitaires recommandées par la santé publique.»

evenko, qui organise tous les spectacles au Centre Bell, a refusé de commenter le spectacle et les images qui circulent sur le web. 

Une incohérence critiquée  

Des spectateurs se sont indignés sur les réseaux sociaux en constatant que la consigne du port du masque était si peu respectée. 

Des propriétaires de bars regrettent pour leur part de ne pas pouvoir profiter d'autant de souplesse au sein de leurs établissements.  

«Je n’ai pas de problème avec ce qui est arrivé au Centre Bell, indique Sergio Da Silva, propriétaire du Turbo Haüs. Les gens ont eu du plaisir, et s’ils ont utilisé le passeport vaccinal correctement, alors le risque [de contagion] est bas.» 

Le problème, selon lui, c’est que des mesures strictes sont toujours imposées pour les bars, qui doivent rouler à 50% de leur capacité maximale, offrir le service à table et empêcher les clients de se tenir debout ou de danser. Pendant ce temps, Québec permet à «15 000 personnes d’assister à un spectacle au Centre Bell épaule à épaule», dénonce-t-il.

Pour Sergio Da Silva, le gouvernement «signale très clairement que ce n’est plus une décision de santé publique».  

  

Des assouplissements demandés  

Le non-respect de la consigne sur le port du masque au Centre Bell vendredi dernier était une «catastrophe inévitable», croit Nazim Tedjini, qui est propriétaire de trois bars à Montréal. «Je ne suis pas surpris du tout, parce que c’est impossible de contrôler un espace si grand.»

Ce dernier dit ressentir une «frustration» depuis le début de l’été parmi les propriétaires de bars, alors que les mesures sanitaires ont été assouplies dans plusieurs pays et villes où un passeport sanitaire a été implanté, comme en France. 

Sergio Da Silva mentionne pour sa part que même si son bar du Quartier latin avait affiché complet chaque fin de semaine depuis le début de la pandémie, il aurait accueilli moins de personnes que le Centre Bell, en une soirée.  

«Nous allons continuer de faire appliquer le port du masque et le passeport vaccinal, mais, éventuellement, nous devrons faire des choix qui nous permettent de passer au travers de l’hiver, un temps où les activités dans l’industrie ralentissent», insiste-t-il. 

Le MSSS soutient être «au fait» de ces revendications. «Des réflexions sont en cours quant à l’ajustement des différentes mesures sanitaires», nous a répondu le ministère. 

Par ailleurs, une manifestation pour demander au gouvernement du Québec de rouvrir les pistes de danse dans les bars est prévue le 23 septembre à Montréal.