Vélo fantôme veut une réforme pour restreindre l'accès aux poids lourds à Montréal | 24 heures
/panorama

Vélo fantôme veut une réforme pour restreindre l'accès aux poids lourds à Montréal

s

Les poids lourds ne représentent que 4% des véhicules sur les routes, et pourtant ils sont impliqués dans 47% des décès de cyclistes et 32% des décès de piétons à Montréal de 2011 à 2019. C'est pourquoi certains pensent qu'on devrait carrément leur interdire de circuler dans les rues, ou du moins en réduire le nombre.

• À lire aussi: Un premier vélo fantôme retiré en huit ans à Montréal

• À lire aussi: Projet Montréal sort sa plateforme électorale

Le 27 septembre dernier, Andrea Rovere circulait à vélo sur l'avenue du Parc direction sud quand le conducteur d'un camion qui faisait un virage à droite l'a happé mortellement au coin de l'avenue du Mont-Royal. Cette tragédie est encore un rappel pour l'organisme Vélo fantôme d'un de leur cheval de bataille les plus importants: une réforme sur la présence des poids lourds à Montréal.  

THIERRY LAFORCE/AGENCE QMI

«C'est disproportionné les poids lourds dans les accidents mortels», explique Severine Le Page, co-porte-parole de Vélo fantôme. L'organisme qui installe des vélos blancs à la mémoire de cyclistes décédés dans les rues de la région métropolitaine en était à son 15e le 3 octobre dernier. De ces 15, huit étaient le résultat d'une collision entre un poids lourd et une personne circulant à vélo. 

L'exemple de Londres  

L'organisme souhaite qu’on s’inspire de la méthode de Londres, qui avec le «Direct Vision Standard» contrôle le flux de camions dans la région métropolitaine de la capitale du Royaume-Uni avec un système d'évaluation de la dangerosité de ceux-ci.  

Pour être admis, les camions doivent être en mesure de percevoir les épaules et la tête d'une personne qui se trouve à une distance acceptable. Le minimum pour recevoir la note de passage d'une étoile sur cinq est de 4,5m sur les côtés et 2m vers l'avant. Les camions qui ne respectent pas ces normes peuvent être modifiés pour devenir plus sécuritaires. 

• À lire aussi: Top 10 des pires et meilleurs coups d’urbanisme à Montréal

Des modifications nécessaires ici aussi  

Vélo fantôme propose justement d'apporter ce genre de modifications à nos camions ici au Québec. Severine Le Page aimerait que les poids lourds soient dotés de jupes de sécurité qui réduiraient la gravité des collisions en empêchant une personne qui se ferait frapper de glisser sous les roues, qu’on y installe des grandes fenêtres pour réduire les angles morts, et surtout, qu’on munisse les camions de nez plats pour augmenter la visibilité à l’avant.  

Elle croit aussi qu’on devrait inciter les entreprises à évaluer si elles ont vraiment besoin de camions aussi gros et les encourager à avoir recours à de plus petits véhicules lorsque c’est possible. 

Pour Vélo fantôme, la mission est claire: il faut changer la façon dont on utilise les poids lourds en ville. Ses membres continueront de faire pression sur les instances gouvernementales pour que les choses changent avant que d'autres drames ne se reproduisent dans les mêmes circonstances.

*

À VOIR AUSSI

La publicité sur les VUS devrait être mieux encadrée

s

À lire aussi

Et encore plus