7 candidats municipaux qui ont fait les manchettes pour les mauvaises raisons | 24 heures
/bref

7 candidats municipaux qui ont fait les manchettes pour les mauvaises raisons

Image principale de l'article Ces candidats ont fait les manchettes (malgré eux)

Ce n'est pas toujours une bonne chose d'attirer l'attention pendant une campagne électorale. Parlez-en à ces sept candidats municipaux qui ont fait la manchette pour les mauvaises raisons.

• À lire aussi: Voici comment les candidats à la mairie de Montréal-Nord veulent enrayer la violence

• À lire aussi: Débat jeunesse: l’inclusion au cœur du discours des candidats à la mairie de Montréal

• À lire aussi: Élections municipales: voici les régions avec le plus (et le moins!) de candidatures féminines

Antoine Richard — Ensemble Montréal  

Le candidat à la mairie de Verdun pour Ensemble Montréal, Antoine Richard, aux côtés de son chef, Denis Coderre, en juin dernier.

Photo tirée de Twitter/Ensemble Montréal

Le candidat à la mairie de Verdun pour Ensemble Montréal, Antoine Richard, aux côtés de son chef, Denis Coderre, en juin dernier.

Le Bureau d’enquête a révélé que le candidat à la mairie de Verdun Antoine Richard a usé de pratiques immobilières interdites en 2019 et en 2020.

Le courtier, qui se présente sous la bannière d’Ensemble Montréal — Équipe Denis Coderre -, a effectué de profitables flips immobiliers dans un quartier où les logements abordables se font rares, et a réalisé des gains de 471 000$.

Claude Duplessis — Québec 21  

Claude Duplessis, candidat de Québec 21 dans Saint-Louis-Sillery

Journal de Québec

Claude Duplessis, candidat de Québec 21 dans Saint-Louis-Sillery

Un candidat climatosceptique tente de se faufiler à la mairie de Québec. 

«Je suis un climatoréaliste dans le sens où je sais que le climat a changé avec le temps et ce n’est pas l’homme qui l’a fait. Ça s’est fait avec la nature elle-même», s’est défendu Claude Duplessis lors d’une entrevue au Journal.

Il avoue toutefois croire «un peu» aux changements climatiques, «mais ce n’est pas aussi violent qu’on essaye de nous faire croire», précise M. Duplessis.

Lydie Olga Ntap — Longueuil Ensemble  

PHOTO COURTOISIE LONGUEUIL ENSEMBLE

Le passé de Lydie Olga Ntap, avocate et fondatrice du Musée de la Femme, situé à Longueuil, est venu la hanter le mois dernier.

• À lire aussi: Une candidate de Longueuil Ensemble radiée du Barreau à trois reprises

Le 24 heures a appris que la candidate au poste de conseillère municipale pour le district Fatima-Parcours du Cerf, à Longueuil, a été radiée trois fois du Barreau du Québec au début des années 2000.

Cette dernière a été blâmée quatre fois par le Conseil de discipline du Barreau et condamnée cinq fois par la Cour des petites créances pour avoir négligé des mandats qui lui avaient été confiés et pour avoir prétendu être avocate lors de sa période de radiation.

Will Prosper — Projet Montréal  

Conférence de presse de la mairesse Valérie Plante et du candidat de Projet Montréal dans Montréal-Nord, Will Prosper, à la suite des révélations sur son passé au sein de la GRC, au parc Gouin, à Montréal, le jeudi 19 août 2021.

SUR LA PHOTO: Valérie Plante et Will Prosper.

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Conférence de presse de la mairesse Valérie Plante et du candidat de Projet Montréal dans Montréal-Nord, Will Prosper, à la suite des révélations sur son passé au sein de la GRC, au parc Gouin, à Montréal, le jeudi 19 août 2021. SUR LA PHOTO: Valérie Plante et Will Prosper. TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Dans une autre vie, le militant, documentariste et candidat-vedette de Valérie Plante à la mairie de Montréal-Nord a dû démissionner de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) parce qu'on le soupçonnait d'avoir coulé des informations à des membres de gang de rue sous enquête pour meurtre.

Dans une décision disciplinaire dont Le Journal a obtenu copie, on apprend que la police fédérale l’a forcé à partir, sous peine d’être congédié dans la disgrâce. 

L’homme de 47 ans est toujours candidat pour Projet Montréal, regrette d'avoir utilisé de façon injustifiée une base de données policière, mais nie avoir informé des criminels. 

Farid Salem — Longueuil Ensemble  

Photo Farid Salem | Facebook

Un autre candidat de l’équipe de Josée Latendresse, à Longueuil, a fait jaser dans les dernières semaines. Candidat au poste de conseiller municipal dans le district de Antoinette-Robidoux, il aurait été membre du groupe d’extrême droite La Meute en 2017.

Malgré des publications Facebook, il a assuré ne pas endosser «quelque idée que ce soit provenant des sympathisants de ce groupe».

Gilbert Thibodeau - Action Montréal  

Le chef du parti Action Montréal, Gilbert Thibodeau

Joël Lemay / Agence QMI

Le chef du parti Action Montréal, Gilbert Thibodeau

Le chef d'Action Montréal et candidat à la mairie a affirmé, lors d'un débat visant à aborder les enjeux qui interpellent la jeunesse, qu’il était impossible de sortir les sans-abri de la rue, car l’itinérance est un «choix de vie».

Gilbert Thibodeau a suggéré d'envoyer les sans-abri sur un terrain loin des commerces et des résidants. 

Disons que cette «idée» en a fait sourciller plus d'un, notamment des organismes venant en aide aux personnes en situation d'itinérance dans le grand Montréal, comme la Mission Old Brewery et le Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec (ROCAJQ).

Ali Nestor — Ensemble Montréal  

Ali Nestor

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Ali Nestor

L’ancien boxeur et combattant professionnel d'arts martiaux mixtes Ali Nestor n’était pas candidat pour les élections municipales. Mais, pour quelques heures, il a été un conseiller vedette de Denis Coderre en matière de sécurité publique, en mai dernier. 

Son ex-femme a allégué que l’homme l’aurait agrippée par le col et plaquée au mur, selon les informations de TVA Nouvelles. Ali Nestor a finalement été accusé de voies de fait et d’agression sexuelle le 22 juin dernier.