Devenez Lord ou Lady pour préserver la forêt d’Irlande du Nord | 24 heures
/environment

Devenez Lord ou Lady pour préserver la forêt d’Irlande du Nord

Image principale de l'article Devenez Lord ou Lady  pour préserver la forêt
Courtoisie Celtic Titles

Si vous avez toujours rêvé secrètement de vous faire appeler «Lord» ou «Lady», le projet «Celtic Titles» vous intéressera probablement. L’idée ? Devenir propriétaire d’un bout de forêt en Irlande du Nord pour participer à la préservation de sa biodiversité.  

«Slievekirk Wood». Cette forêt au drôle de nom est située à l’ouest de l’Irlande du Nord, près de la ville de Derry et de la montagne Slievekirk qui culmine à plus de 300 mètres au-dessus de la vallée de Faughan. Elle abrite de nombreuses espèces d’arbres : chênes, bouleaux, pins sylvestres... 

Imaginé par l’entreprise Highland Titles (qui propose une initiative similaire en Écosse), le projet «Celtic Titles» propose d’acquérir des mini-parcelles d’environ 0,1 m2. Elles n’intéressent pas les promoteurs, et c’est une chance pour vous, puisque posséder un bout de cette forêt vous permettra du même coup de devenir Lady ou Lord d’Irlande.

Pour accéder à ce titre de noblesse, il faudra vous acquitter de la modique somme de 70 $ (prix d’une parcelle). Vous obtiendrez ensuite un certificat de propriété, qui vous sacrera du même coup Lord ou Lady. 

S’il y a peu de chance pour que ce pedigree vous octroie le droit de vous pointer affublé d’une couronne et de régner sur les contrées arborées, il aura sans doute le mérite de vous faire briller en société !

Les bénéfices générés par l’achat de ces micro-parcelles seront dédiés à la préservation du domaine et à la protection de la forêt de SlievKirk Wood et des nombreuses espèces qui les habitent (écureuils roux, papillons, geais, abeilles, chauves-souris, etc.). 

«La forêt est un havre de paix pour les oiseaux et on peut apercevoir de temps en temps des cerfs rouges», peut-on lire sur le site internet du projet. 

Une méthode populaire

Sensibiliser le grand public à la préservation des forêts en l’impliquant directement est une méthode qui a le vent en poupe ces dernières années. Et qui porte ses fruits ! 

L’association française Forêt vivante propose par exemple aux particuliers d’acheter des parcelles de 10 hectares dans le massif des Aravis, en Haute-Savoie. Ces parcelles sont ensuite gérées par un groupement forestier citoyen, où chacun peut devenir copropriétaire et participer à la gestion des ressources naturelles.

Souvent, l’enjeu est aussi politique. Comme l’action de l’Association pour la protection des animaux sauvages dans le Vercors, qui en 2019 a encouragé les citoyens à acquérir des parcelles de forêt. L’objectif ? Racheter un domaine forestier de 500 hectares pour le transformer en réserve naturelle. Mais surtout, faire barrage aux chasseurs et stopper l’exploitation industrielle du site. En somme, rendre à la nature ce qui appartient à la nature...