Si un ami fait une surdose, appelez le 911: vous ne vous ferez pas arrêter pour possession de drogue | 24 heures
/panorama

Si un ami fait une surdose, appelez le 911: vous ne vous ferez pas arrêter pour possession de drogue

Image principale de l'article Surdose: une loi méconnue qui peut sauver des vies

Suivant la Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose, on peut, lorsque quelqu'un fait une surdose, appeler le 911 sans crainte d'être arrêté pour possession de drogue. Plusieurs ne le savent pas et hésitent donc à impliquer les autorités lors d’une surdose: la mère d’une jeune femme de 21 ans décédée regrette que cette disposition soit méconnue, car elle pense qu’elle aurait pu sauver la vie de sa fille.

• À lire aussi: C’est le moment de décriminaliser la possession simple de drogue, selon un expert

«Dans un appartement, quand t’es quatre, cinq et qu'il y a quelqu'un qui ne file pas bien, excuse-moi, mais tu dois porter secours. Tu appelles pour avoir de l'aide ou tu demandes conseil à quelqu'un», lance Annik Goudreau. 

Sa fille Alyssa Goudreau est morte le 9 janvier dernier, après avoir passé quatre mois dans un état végétatif. Les circonstances de sa mort restent nébuleuses, puisque l’enquête est toujours en cours. 

Justice pour Alyssa Goudreau  

L’histoire d’Alyssa fait l’objet d’un documentaire, Justice pour Alyssa Goudreau, présenté sur la nouvelle plateforme Vrai de Québecor.

Annik Goudreau explique que sa fille aurait fait la fête avec plusieurs personnes dans un appartement de Saint-Jérôme le 3 septembre 2020. Après avoir consommé différentes drogues, entre autres du Xanax, elle aurait perdu connaissance au cours de la soirée, possiblement dans la nuit. Personne n’aurait aidé sa fille, par peur de représailles des corps policiers, selon sa mère. 

«Quelqu'un qui a moindrement une petite conscience va s’occuper de son amie qui ne va pas bien ou, au pire, la mettre sur le trottoir parce que tu ne veux pas aller à l'hôpital ou appeler l'ambulance», exprime-t-elle. 

• À lire aussi: 17 morts par surdose par semaine au Canada: comment faire pour régler cette crise?

• À lire aussi: 10 surdoses de drogue mortelles chaque semaine au Québec

• À lire aussi: Même les policiers pensent qu'il faut décriminaliser la possession de drogue

«Ils ont peur d'appeler la police»

«Ça arrive vraiment souvent chez les jeunes, ils ont peur d'appeler la police», ajoute pour sa part Julie-Soleil Meeson, de l’Association des intervenants en dépendance du Québec (AIDQ). Elle a travaillé pendant des années auprès de jeunes consommateurs, particulièrement dans des contextes festifs, et remarque qu’ils connaissent peu la Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose.

En vigueur depuis 2017, cette loi fédérale «offre une protection juridique aux personnes qui sont en train de faire une surdose ou qui sont témoins d’une surdose et qui composent le 911», peut-on lire sur le site web du gouvernement fédéral. 

La loi protège les individus contre une accusation de possession de drogue, mais non contre des accusations d'infractions graves comme la production ou le trafic de drogue.

Accusé(s) de négligence?  

Alors, si on se retrouve dans un party et qu’on décide de ne pas aider une personne, est-ce qu’on peut même être accusé de négligence?  

Dans un contexte de fête ou dans un milieu de consommation habituel, il peut être très difficile de prouver qu’il y a négligence, d’après l’avocat et fondateur de l’organisme CACTUS Montréal, Louis Letellier de St-Just. «Il y a [de façon générale] assurément des cas où on a porté des accusations pour non-secours à une personne en danger. Dans des cas de surdose, je ne saurais vous dire», explique-t-il.

Dans le cas d’Alyssa, sa mère espère que des accusations vont être portées contre les personnes présentes lors de la soirée. Elle croit fermement que ces personnes ont des torts relativement à la mort de sa fille. L’enquête pourra peut-être amener un peu de lumière dans toute cette histoire, mais, pour l’instant, elle suit toujours son cours. 

Des vidéos qui pourraient aussi vous intéresser:   

La décriminalisation des drogues a aidé les toxicomanes au Portugal   

s

 

Il y a 17 morts par surdose par semaine au Canada: que faire?   

s