Plus de 200 personnes posent nues près de la mer Morte menacée d’assèchement | 24 heures
/environment

Plus de 200 personnes posent nues près de la mer Morte menacée d’assèchement

Image principale de l'article 200 personnes posent nues près de la mer Morte
AFP

Non, vous n’hallucinez pas: 200 personnes dont le corps a été peint en blanc ont bel et bien posé nues dans un paysage désertique.

• À lire aussi: La viande coûte plus cher à cause des changements climatiques

• À lire aussi: Un artiste se pousse avec les 70 000 euros de billets qu'il devait exposer: le musée est impressionné 

C'est le projet du photographe américain Spencer Tunick, qui a l'habitude des séances photo du genre. Il a réuni toutes ces personnes en Israël, près de la mer Morte, laquelle est menacée d’assèchement. Il avait été invité par le ministère du Tourisme israélien et la Ville d’Arad, où s’est déroulée la séance.

AFP

Il a expliqué avoir peint en blanc ses modèles pour évoquer l’épisode biblique de la femme de Loth, transformée, selon la tradition, en statue de sel à cet endroit.

Nissan Ben Hamo, le maire d’Arad, a bon espoir que ce tournage aidera à collecter des fonds pour un nouveau musée sur la mer Morte.

AFP

C’est le troisième projet de ce genre sur les bords de la mer Morte pour le photographe de 54 ans. Si le nom de ce photographe international vous dit quelque chose, c'est normal. Il y a 20 ans, il avait photographié 2500 personnes devant le Musée d'art contemporain de Montréal. 

Montréal 2, 2001. Épreuve du photographe américain Spencer Tunick qui avait réuni environ deux mille cinq cents personnes devant le MAC, en mai 2001. Don de Sandra Grant et Gilles Marchand.

Photo Courtoisie

Montréal 2, 2001. Épreuve du photographe américain Spencer Tunick qui avait réuni environ deux mille cinq cents personnes devant le MAC, en mai 2001. Don de Sandra Grant et Gilles Marchand.

Pour l’environnement

Avec ce projet, Spencer Tunick souhaite conscientiser les gens au sujet de la situation de la mer Morte. Elle a perdu un tiers de sa surface depuis 1960 et continue de baisser de plus d’un mètre par an.

AFP

À ce rythme, cette merveille de la nature, située au point le plus bas du monde (420 m au-dessous du niveau de la mer) entre Israël, la Jordanie et les Territoires palestiniens, pourrait disparaître d’ici 2050, selon des experts. Sa superficie actuelle est d'environ 605 km2.

L’assèchement a commencé dans les années 1960 avec l’exploitation économique des eaux du Jourdain, principale source d’approvisionnement de la mer Morte, la plus salée du monde.

Sur le même sujet