C’est quoi, le métavers? On vous explique le monde parallèle que développe Facebook | 24 heures
/bref

C’est quoi, le métavers? On vous explique le monde parallèle que développe Facebook

Keanu Reeves dans The Matrix Reloaded
Photo courtoisie

Keanu Reeves dans The Matrix Reloaded

On se croirait dans La Matrice, mais c'est la vraie vie: Facebook souhaite lancer d’ici cinq ans son métavers, un monde parallèle numérique – où interagiraient des avatars – que certains voient comme le futur d’internet. Mais c’est quoi, au juste, le métavers?

• À lire aussi: Facebook dévoile son nouveau nom

• À lire aussi: 8 entreprises connues qui ont décidé de changer de nom bien avant Facebook

Facebook et la réalité virtuelle   

Le métavers, ça s'inscrit dans la volonté de Facebook, dont la maison-mère s'appelle désormais Meta, de développer la réalité virtuelle. 

Après avoir acheté la jeune entreprise Oculus VR pour 2 milliards de dollars en 2014, le réseau social a lancé en 2019 Facebook Horizon, un environnement immersif dans lequel les utilisateurs peuvent interagir et discuter grâce à des casques Oculus. 

Facebook a acheté la jeune entreprise de réalité virtuelle Oculus VR pour 2 milliards $ en 2014.

AFP

Facebook a acheté la jeune entreprise de réalité virtuelle Oculus VR pour 2 milliards $ en 2014.

En juin 2021, Mark Zuckerberg avait annoncé la création d’une équipe consacrée au projet de «méta-univers» et avait en même temps annoncé que son ambition était que le projet change la face de l’entreprise dans un avenir rapproché. 

«Mon espoir, c’est que, d’ici cinq ans environ [...] les gens nous perçoivent avant tout comme une entreprise de métavers», avait-il déclaré dans une entrevue accordée au site spécialisé The Verge. 

Mark Zuckerberg

AFP

Mark Zuckerberg

Pour mettre en place ce monde parallèle, ce sont 10 000 personnes que souhaite engager le géant californien d’ici cinq ans dans l’Union européenne. Très peu d'informations ont filtré sur ces embauches: on ne connaît pas les pays où les emplois seront localisés et aucun détail précis n’a été communiqué jusqu’à présent. 

Deux hauts responsables de Facebook, le Britannique Nick Clegg et l’Espagnol Javier Olivan, se sont contentés de dire, dans un article de blogue, que «le besoin d’ingénieurs hautement spécialisés est l’une des priorités les plus urgentes de Facebook». 

Mais qu'est-ce que le «métavers»?       

C’est une sorte de doublure du monde physique, virtuelle et en trois dimensions, qui est accessible par internet et dans laquelle les gens peuvent interagir entre eux avec un avatar. 

Initialement, c’est un concept qui provient de la science-fiction. L'écrivain Neal Stephenson a inventé le terme dans Snow Crash, un roman paru en 1992 dans lequel un personnage, à travers un avatar, a des interactions sociales dans un monde virtuel connecté au monde réel. 

AFP

Le concept a aussi été repris dans certains films cultes, notamment dans la trilogie de La Matrice, fondée sur l’idée que le monde dans lequel on vit est un grand métavers où chaque humain est plongé à la naissance et qui a des impacts dans la vie réelle. 

Plus récemment, on peut penser à des jeux comme Fortnite, qui donne la possibilité de se rejoindre quand et où on le veut dans le jeu, en plus d’offrir la chance d’assister à des événements virtuels avec de «vrais» artistes. En avril 2020, le rappeur Travis Scott avait donné sur la plateforme du jeu un concert qui avait réuni 27,7 millions de fans, un record.

En août dernier, Facebook a lancé par ailleurs la version bêta de son application de télétravail, Horizon Workrooms, qui permet d’assister à des réunions en tant qu’avatar. 

Le rêve de Facebook      

Facebook veut cependant aller beaucoup plus loin dans le concept en combinant tous ces endroits virtuels. Mark Zuckerberg le décrit carrément comme «le successeur de l’internet mobile». 

Progressivement, les écrans, les hologrammes, les casques de réalité virtuelle et les lunettes de réalité augmentée vont permettre de se déplacer dans l’univers virtuel comme on le fait dans le monde physique, soutient le fondateur du réseau social.  

AFP

Il rêve d'un monde en ligne où les gens pourraient non seulement jouer, mais aussi travailler, rencontrer d'autres personnes ou encore faire des achats en ligne en utilisant des casques de réalité virtuelle au lieu des ordinateurs, comme on le fait actuellement. 

Imaginez pouvoir essayer virtuellement des vêtements avant de les acheter, visiter des logements sans vous déplacer, danser dans un bar avec des personnes qui sont à des milliers de kilomètres de vous... Bref, les possibilités sont infinies. 

– Avec les informations de la BBC et de l’AFP