Les États-Unis vont construire sept grands parcs éoliens | 24 heures
/environment

Les États-Unis vont construire sept grands parcs éoliens

Image principale de l'article Bientôt sept nouveaux grands parcs éoliens
AFP

Le gouvernement américain construira jusqu’à sept grands parcs éoliens au large des côtes du pays ce qui lui permettra de fournir de l’énergie propre à plus de 10 millions de foyers d’ici 2030, a-t-il annoncé la semaine dernière.

• À lire aussi: L'accès au site du projet Ray-Mont Logistiques bloqué par des mères en colère

• À lire aussi: Augmentation de 306% du nombre de camions légers sur les routes du Québec

Cette initiative à hauteur de 12 milliards de dollars a pour but de produire 30 gigawatts d’énergie éolienne à l’horizon 2030.

Le gouvernement des États-Unis «est en train d’établir une feuille de route ambitieuse pour faire avancer les projets (...) visant à lutter contre le changement climatique, à créer des emplois bien rémunérés et à accélérer la transition du pays vers un avenir énergétique plus propre», a déclaré Deb Haaland, secrétaire à l’Intérieur.

AFP

78 millions de tonnes de CO2

Selon la Maison-Blanche, ce projet réduira de 78 millions de tonnes les émissions de dioxyde de carbone tout en créant des dizaines de milliers d’emplois. En 2019, les États-Unis ont émis 5,28 milliards de tonnes de CO2, selon la publication en ligne Our World in Data.

Jusqu’à sept nouvelles concessions seront mises en vente d’ici 2025 dans le golfe du Maine, la côte Atlantique centrale, le golfe du Mexique et au large de New York, des Carolines, de Californie et de l’Oregon, a assuré Mme Haaland.

AFP

Actuellement, seul un parc éolien offshore, c’est-à-dire installé en mer, est opérationnel aux États-Unis: le Block Island Wind Farm, achevé fin 2016 au large de l’État du Rhode Island. Ce parc éolien est capable de produire 30 mégawatts.

Le soutien à l’énergie éolienne du gouvernement actuel contraste avec la politique menée par l’ancien président Donald Trump qui a ridiculisé à plusieurs reprises cette source d’énergie renouvelable pendant son mandat, affirmant qu’elle était chère et inefficace.

AFP