La fois où Steven Guilbeault a escaladé la Tour CN pour dénoncer l'inaction climatique | 24 heures
/environment

La fois où Steven Guilbeault a escaladé la Tour CN pour dénoncer l'inaction climatique

Image principale de l'article La fois où Steven Guilbeault a escaladé la Tour CN
REUTERS

Le nouveau ministre de l’Environnement et du Changement climatique Steven Guilbeault n’a pas toujours porté la cravate. Il y a 20 ans, cet ex-militant escaladait la Tour CN pour dénoncer l’inaction climatique dans un coup d’éclat qui a fait le tour du monde.

• À lire aussi: Qui est Steven Guilbeault, le nouveau ministre de l'Environnement et du Changement climatique?

C’était le 16 juillet 2001. Un jeune militant de Greenpeace de 31 ans du nom de Steven Guilbeault escaladait la Tour CN, à l’époque la plus haute du monde, avec l’activiste anglais Chris Holden. 

Les deux protestataires ont utilisé des câbles d’acier qui longeaient la tour pour réaliser leur ascension. Ils ont escaladé 340 m sur 550 m, avant de déployer une banderole sur laquelle on pouvait lire «Canada and Bush climate killers» (en français: Le Canada et Bush assassins du climat).  

Greig Reekie, Toronto Sun

Inaction climatique  

Guilbeault et son acolyte reprochaient au gouvernement canadien de ne pas avoir ratifié le Protocole de Kyoto, qui visait à réduire les émissions de gaz à effet de serre mondiales, et aux États-Unis de s’en être retiré.  

L’année suivante, le Canada, via son premier ministre Jean Chrétien, a finalement ratifié le Protocole de Kyoto. 

À sa descente, l’activiste a été arrêté et ultérieurement condamné à payer une amende de 3000$ en plus de 100 heures de travaux communautaires.  

Il a affirmé croire que son coup d’éclat avait réussi à sensibiliser le public aux changements climatiques et influencé la décision du premier ministre de se joindre à l’accord de Kyoto.