Arrêtez de jeter vos citrouilles après l’Halloween, mangez-les! | 24 heures
/environment

Arrêtez de jeter vos citrouilles après l’Halloween, mangez-les!

Image principale de l'article Ne jetez pas vos citrouilles à la poubelle

Ne jetez pas vos citrouilles à la poubelle une fois l’Halloween passée! Vous pouvez les cuisiner et éviter le gaspillage, souligne l'auteure Louise Gagnon, alias «Madame Citrouille».

«On produit des dizaines de milliers de tonnes de citrouilles. Mettons qu’on en gaspille 70%, et je trouve que c’est conservateur comme chiffre, on a donc des milliers de tonnes de citrouilles gaspillés», regrette celle qui a une formation en nutrition. 

En 2014, une étude américaine démontrait effectivement que près de 70% des citrouilles produites cette année-là aux États-Unis n’ont pas été mangées. En 2019, le quotidien britannique The Guardian rapportait aussi que 18 000 tonnes de citrouilles allaient se retrouver directement aux poubelles après l’Halloween.

Céline Malépart

Au Canada et au Québec, on ne sait pas combien de citrouilles sont jetées chaque 1er novembre. 

Ce qu’on sait, toutefois, c’est que les Canadiens sont champions du gaspillage alimentaire à la maison, d’après une étude de l’ONU parue plus tôt cette année. Chaque Canadien jetterait 175 livres de nourriture par an, ce qui nous place loin devant les Américains.

«Ah, je vais la composter»  

Le fait est que pour plusieurs, la citrouille est perçue comme une simple décoration et non pas comme un aliment, regrette-t-elle. 

«Les gens se disent souvent: “ah, ce n’est pas grave, je vais la composter", mais ils oublient toute l’énergie nécessaire lors de la production», indique celle qui a écrit le livre Sous le charme des courges et des citrouilles

«Produire et transporter des citrouilles, ça demande du carburant, ça contribue au réchauffement de la planète. Le gaspillage alimentaire est un des points majeurs du réchauffement climatique», déplore-t-elle. 

Si, dans le passé, on ne parlait pas beaucoup du gaspillage des citrouilles, les mentalités changent et de plus en plus de gens les consomment comme aliments, se réjouit Louise Gagnon. 

«J’étais un peu vue comme une casseuse de partys, mais ce n’est pas ça mon intention. Je veux qu’on fasse le party tout en respectant nos terres», lance-t-elle, sourire aux lèvres. 

«Ça me réjouit aussi de voir beaucoup de gens sur Instagram publier des recettes avec de la citrouille et parler du gaspillage de cet aliment», ajoute-t-elle.

Sur son site Ma citrouille bien-aimée, Louise Gagnon propose plusieurs recettes, en plus de donner des trucs pour décorer sa citrouille tout en la préservant. Elle suggère, par exemple, de dessiner et d’ajouter des accessoires sur la surface de la cucurbitacée. 

Si vous tenez absolument à percer votre citrouille, faites-le à la dernière minute, pour éviter les bactéries. Cuisinez-la aussi le plus rapidement possible après l’Halloween.