Rééquilibrer le fardeau de la contraception | 24 heures
/panorama

Rééquilibrer le fardeau de la contraception

s

Vous avez entendu parler du condom invisible? Bien que cette innovation présente de nombreux avantages, elle ne permet pas de partager le fardeau de la contraception dans le couple hétérosexuel, qui repose toujours sur la femme, estime la chercheuse en santé sexuelle Sara Mathieu.

Le condom invisible, qui est encore à la phase des études cliniques, est un gel qui se loge dans la paroi vaginale afin de prévenir les grossesses et de protéger contre les infections transmissibles sexuellement (ITS). Il est développé par une équipe de l’Université Laval, à Québec. Les essais cliniques effectués jusqu’à maintenant sont encourageants.

Selon Sara Mathieu, les réactions vis-à-vis du condom invisible témoignent néanmoins d’une tension entre deux forces. 

«On a devant nous un contraceptif qui répond à plein de limites qui ont été mentionnées dans les dernières années», entre autres parce qu’il ne contient pas d’hormones, contrairement à la pilule contraceptive, selon la chercheuse.

«Mais c’est encore une fois un contraceptif qui est sous la responsabilité essentiellement des femmes.»

Si de plus en plus de couples hétérosexuels séparent le coût de la contraception pour mieux répartir le fardeau financier, rares sont ceux qui remettent en question le moyen utilisé et la personne qui doit l’assumer.

«C’est pourquoi, encore aujourd’hui, la pilule et, plus récemment, le stérilet, ça domine», affirme Sara Mathieu. 

Sur le même sujet