Valérie Plante réélue mairesse de Montréal: ce qu’il faut savoir des résultats | 24 heures
/bref

Valérie Plante réélue mairesse de Montréal: ce qu’il faut savoir des résultats

Image principale de l'article Valérie Plante réélue mairesse de Montréal
Dominick Gravel/Agence QMI

La mairesse sortante de Montréal, Valérie Plante, souriait à pleines dents dimanche soir après avoir remporté son match revanche contre l’ex-maire Denis Coderre.

• À lire aussi: 4 des 6 plus grandes villes au Québec dirigées par des femmes

• À lire aussi: Lionel Perez finalement défait par Gracia Kasoki Katahwa

«On peut diriger Montréal avec le sourire», s’est amusée la mairesse, qui s’était fait reprocher par son rival en plein débat télévisé de rire trop souvent.

s

Plus sérieusement, Valérie Plante a profité de sa victoire en s’adressant à ses partisans. «Je savoure, parce que j’ai envie de vous dire qu’il y a quatre ans, les Montréalais ont élu la première mairesse de l’histoire de la ville de Montréal, et que ce soir, ils nous disent: cette mairesse, on veut continuer à travailler avec elle, on lui fait confiance», s’est réjouie Mme Plante.

Dominick Gravel/Agence QMI

«Ce soir, on marque à nouveau l’histoire parce que pour la première fois, Montréal sera dirigée par deux femmes», faisant référence à Dominique Olivier, qui sera présidente du comité exécutif de Montréal.

«On va continuer de faire de Montréal une ville dont on est fiers, où on peut élever nos enfants. [...] Ce que les Montréalais ont confirmé ce soir, c’est que l’élection de Projet Montréal en 2017, ce n’était pas un accident de parcours. C’était une nouvelle ère!»

Déception      

«C’est une grande déception pour moi», a réagi de son côté Denis Coderre, qui a commenté en toute fin de soirée les résultats électoraux, la mine basse.

Joël Lemay / Agence QMI

«Quand on voit Montréal péricliter, quand on voit des hommes et des femmes abandonnés [...], lorsque nous avons cette fonction de maire, il faut être constamment à l’affût et au-devant», a servi en avertissement M. Coderre, tout en appelant à la collaboration entre les partis politiques.

s

«Ce fut une campagne parmi les plus sales que j’ai vécues», a aussi déploré le candidat défait.

Ce dernier s’est aussi alarmé du faible intérêt des Montréalais pour le scrutin. «Je suis un peu déçu du taux très très faible de participation. La démocratie municipale mérite qu’on la protège pour qu’elle demeure», a-t-il dit.

Une longue campagne      

Les deux principaux candidats à la mairie amassaient pratiquement 90% des voix exprimées par les électeurs, avec 52,4% des voix pour Mme Plante, et 37,7% pour M. Coderre à 22 h 20. La troisième voix autoproclamée des Montréalais, Steven Holness, n’a pu amasser que 7% du scrutin.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Forte du bagage amassé au cours d’un mandat de quatre ans à la tête de la métropole, Valérie Plante a affronté son rival Denis Coderre pendant de longs mois, la campagne s’étant peu à peu mise en branle dès le printemps, avec l'annonce du retour de l’ancien maire en politique.

Tous deux ont longtemps été au coude-à-coude dans les sondages, mais Valérie Plante a pris de l’avance dans le dernier coup de sonde de Léger paru samedi dans Le Journal de Montréal, à la suite d’une fin de campagne difficile pour Denis Coderre. Ce dernier s’était retrouvé à devoir divulguer les noms des entreprises pour lesquelles il avait travaillé entre 2017 et 2021.

«On avait une plateforme qui répondait aux attentes de la population, on était prêts. [...] Ce soir, on respecte la décision de la population», a concédé de son côté Lionel Perez, élu maire de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce pour Ensemble Montréal.

Ailleurs à Montréal:  

Will Prosper facilement battu dans Montréal-Nord   

La mairesse sortante de Montréal-Nord, Christine Black, a été réélue, battant facilement le candidat controversé de Projet Montréal Will Prosper.

Pour Mme Black, la victoire a un goût doux-amer, alors que son chef, Denis Coderre, a été battu à la mairie de Montréal.

Christine Black et Denis Coderre

Photo Joël Lemay, Agence QMI

Christine Black et Denis Coderre

«Je suis mitigée parce que mon chef a perdu ce soir, et je trouve ça difficile. Cependant, je suis très enthousiaste pour la suite des choses à Montréal-Nord. Le quartier est en transformation et les quatre prochaines années vont être excitantes», a déclaré l’élue d’Ensemble Montréal.

Cette dernière a récolté plus de 63% des voix, contre un peu plus de 29% pour Will Prosper.

«Je suis extrêmement fier de mon équipe. Malgré ces résultats, je crois que nous avons mené une des meilleures campagnes à Montréal», a soutenu le candidat défait de Projet Montréal.

Will Prosper

PHOTO GABRIEL OUIMET

Will Prosper

«Nous sommes les seuls à être allés voir les jeunes sur les terrains de basket, dans les parcs et partout ailleurs. Ce n’est pas terminé: le changement ne se fera pas du jour au lendemain à Montréal-Nord.»

Une campagne difficile

M. Prosper a connu un début de campagne difficile, alors que Le Journal a révélé qu’il avait été forcé de démissionner il y a 22 ans de son poste à la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Son ex-employeur le soupçonnait d’avoir divulgué des renseignements policiers à des membres d'un gang de rue faisant l’objet d’une enquête pour meurtre.

Les multiples fusillades survenues à Montréal-Nord cette année — dont quatre se sont soldées par un homicide — ont fait de la violence par armes à feu l’enjeu principal de la campagne.

Mouvement Montréal, le seul parti à proposer un définancement du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), a vu son candidat Carl-Henry Jean-François récolter un maigre 5,5% des voix.

− Gabriel Ouimet

Projet Montréal conserve Hochelaga  

Projet Montréal restera à la tête de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve: le maire sortant Pierre Lessard-Blais, du parti de Valérie Plante, a remporté 51% des votes.  

«On savait que ça ne serait pas nécessairement facile», a soutenu M. Lessard-Blais, qui se dit «très content» et «très fier» du travail de son équipe.

Pierre Lessard-Blais

PHOTO COURTOISIE Catherine Barbeau

Pierre Lessard-Blais

Selon lui, la «campagne sans faille de la mairesse [Valérie Plante]», le travail de terrain et la «sincérité dans [leur] engagement» ont mené à cette victoire.

Lors de son prochain mandat, M. Lessard-Blais souhaite que Hochelaga soit «un arrondissement exemplaire et innovant» dans la transition écologique. «C'est la principale raison pour laquelle je me suis représenté», a-t-il admis.

Ensemble Montréal, le parti de Denis Coderre, avait pourtant misé gros en présentant la candidate Karine Boivin-Roy, laquelle a récolté 40,5% du suffrage. 

Depuis 2018, elle était leader de l’opposition officielle au conseil municipal, en plus d’avoir été conseillère dans l’arrondissement durant les huit dernières années.

− Geneviève Abran

Projet Montréal conserve Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension  

Projet Montréal a réussi à garder l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, après l’expulsion de son ancienne mairesse de son caucus.

Laurence Lavigne Lalonde, candidate du parti de Valérie Plante, a défait son rival Guillaume Lavoie, d’Ensemble Montréal, et la mairesse sortante, Giuliana Fumagalli, qui avait lancé son parti Quartiers Montréal.

Laurence Lavigne Lalonde

Photo Dominick Gravel, Agence QMI

Laurence Lavigne Lalonde

«On a fait une campagne positive axée sur les idées. On a été super à l’écoute des gens», a lancé Mme Lavigne-Lalonde en apprenant sa victoire.

Au cours des quatre prochaines années, elle souhaite s'attaquer à l'iniquité dans l’arrondissement, alors que les quartiers de Saint-Michel et de Parc-Extension ne reçoivent pas leur juste part en ce qui a trait aux investissements.

«On le sait que [Saint-Michel et Parc-Extension] sont les enfants pauvres des 20 dernières années dans l’arrondissement», a-t-elle affirmé.

La nouvelle mairesse promet aussi d’apaiser la circulation et d’accélérer la plantation d'arbres.

Laurence Lavigne-Lalonde a obtenu 52,6% des voix, suivie de Guillaume Lavoie qui récoltait 32,6% du vote.

Rappelons qu’en 2017, Mme Fumagalli l’avait remporté avec 54% des voix sous la bannière de Projet Montréal, avant d’être expulsée du parti moins d’un an plus tard.

Mme Fumagalli n’a réussi à obtenir que 8% du vote.

− Guillaume Cyr