Cette photo virale cache quelque chose: un tunnel | 24 heures
/environment

Cette photo virale cache quelque chose: un tunnel

Image principale de l'article Cette photo virale cache quelque chose

Nous sommes nombreux à avoir vu passer sur les réseaux sociaux cette photo inspirante d’une autoroute urbaine à Düsseldorf, en Allemagne, transformée en promenade. Mais elle cache quelque chose: un tunnel. Voici l’histoire derrière cette inspirante réalisation.

• À lire aussi: Vague de chaleur: quelle différence de température entre un îlot de chaleur et un îlot de fraîcheur?

• À lire aussi: Verdir un quartier, ça peut remplacer l'air climatisé

À Düsseldorf, sixième ville d’Allemagne, une autoroute large de six voies, longeant la rivière Düssel permettait le transit de 50 000 voitures par jour, mais empêchait l’accès à l’eau.  

Cette photo montrant comment cette infrastructure de béton et de bitume a été transformée en parc est devenue virale dans les derniers jours après avoir été diffusée sur le subreddit r/interestingasfuck.  

Ce qui n’est pas mentionné dans la publication, c’est que l’autoroute n’a pas été supprimée, elle a plutôt été enfouie. Le trafic n’a donc pas été réduit. 

Une place publique vivante  

N’empêche, cette réalisation a permis aux citoyens de se réapproprier le bord de l’eau. La Rheinufer Promenade est devenue l’endroit public le plus fréquenté de la ville.  

La vie culturelle y est foisonnante avec ses bars et restaurants éphémères qui permettent aux habitants de prendre l’apéro tout en regardant les bateaux passer. Des spectacles et événements publics y sont présentés et les commerces y sont nombreux. 

Cette transformation urbanistique est souvent citée parmi les plus réussies d’Europe. 

La construction du tunnel, qui s’est achevée en 1995, a coûté près de 400 M$ CAD. 

Le règne de l’auto solo  

Fait intéressant: au début du 20e siècle, avant l’arrivée de la méga autoroute urbaine, une promenade très similaire à l’actuelle faisait le bonheur des citoyens de Düsseldorf au même endroit.  

Mais la prolifération de l’auto solo, à partir du milieu du siècle, a entraîné la construction de multiples routes qui ont progressivement séparé la rivière du reste de la ville, explique le Centre de culture contemporaine de Barcelone (CCCB).  

Autrefois massivement fréquenté, l’endroit s’est retrouvé complètement isolé.  

Au milieu des années 70, la réduction de l’industrie maritime dans ce secteur a entraîné un questionnement et, ultimement, un grand réaménagement urbanistique de la ville. 

Et ici?  

Le projet n’est pas sans rappeler celui de la Promenade Samuel-de-Champlain à Québec, quoi qu’il y a encore un boulevard qui sépare la ville du fleuve et qu’il n’y a pas de vie culturelle sur place... 

À Montréal, le bord de l’eau est majoritairement réservé aux activités du port. Toutefois, on a vu la naissance de la plage de Verdun dans les dernières années, qui s'est ajoutée à la plage Jean Doré. Le parc de la promenade Bellerive, dans l’est de la ville, devrait également avoir sa plage cet été. 

Dans la catégorie conversion des structures de béton, un groupe qui demandait un moratoire sur la réfection de l’autoroute métropolitaine avait imaginé, l’an dernier, la transformer en un jardin aérien

PHOTO COURTOISIE/Valéry Simard, Les Jardins d’Albert/Horticulture extrême et Lupien + Matteau architectes

On peut bien rêver! 

Sur le même sujet