Coup de théâtre dans CDN-NDG: Lionel Perez finalement défait par Gracia Kasoki Katahwa | 24 heures
/bref

Coup de théâtre dans CDN-NDG: Lionel Perez finalement défait par Gracia Kasoki Katahwa

Image principale de l'article Lionel Perez défait par Gracia Kasoki Katahwa
Photo Joël Lemay

Revirement de situation dans Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce: Lionel Perez, qui avait été donné gagnant à la mairie, a finalement été défait par Gracia Kasoki Katahwa de Projet Montréal. La défaite de Perez ajoute l’insulte à l’injure pour Denis Coderre, qui a également perdu son pari.

• À lire aussi: 5 des 10 plus grandes villes au Québec dirigées par des femmes

• À lire aussi: Valérie Plante réélue mairesse de Montréal

• À lire aussi: À 29 ans, Catherine Fournier est élue mairesse de Longueuil

L'ex-chef intérimaire d'Ensemble Montréal avait pourtant été déclaré vainqueur hier soir, alors que le dépouillement n’était pas terminé. Mais voilà qu’avec la fin du décompte, c’est plutôt la recrue de Projet Montréal qui remporte cette chaude lutte. Elle a 83 voix d’avance sur M. Perez. Elle succédera ainsi à Sue Montgomery à la tête de l’arrondissement le plus populeux de Montréal. 

«On a marqué l’histoire!» s’est exclamée Gracia Kasoki Katahwa, en conférence de presse, lundi. 

Gracia Kasoki Katahwa, accompagnée de Peter McQueen et Magda Popeanu

Photo Andrea Lubeck

Gracia Kasoki Katahwa, accompagnée de Peter McQueen et Magda Popeanu

«J’ai hâte de commencer à travailler avec les élus, la population de CDN-NDG et les équipes de la fonction publique pour concrétiser notre vision pour un arrondissement plus inclusif et plus vert.»

Reconnaissant que l’issue du scrutin est serrée, Mme Kasoki Katahwa affirme qu’elle accueillera le résultat advenant un recomptage, car «ce sera la décision des électeurs». «Je crois qu’à la fin de la journée, l’essentiel c’est que les élus qui seront autour de la table s’assurent de travailler pour les gens de CDN-NDG.»

La défaite de M. Perez constitue un revers supplémentaire pour Ensemble Montréal, dont le chef, Denis Coderre, a perdu son match revanche contre Valérie Plante. M. Perez a agi, ces quatre dernières années, comme chef intérimaire du parti et chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal. Il était également conseiller municipal dans l’arrondissement depuis 12 ans.

M. Perez n'a pas donné suite à nos demandes d'entrevue lundi.

Le vote par anticipation en cause  

Danielle Pilette, spécialiste de la politique municipale et professeure à l’UQAM, n’est cependant pas surprise de ce revirement de situation. Elle explique que les voix qui sont dépouillées en premier sont les votes par anticipation, ce qui explique l’avance qu’avait Lionel Perez pendant plusieurs heures.

«De façon générale, à Montréal, le vote par anticipation est plutôt favorable à [Denis] Coderre. Souvent, le vote par anticipation favorise un seul parti. C’est pourquoi on dit qu’il est trompeur, surtout dans le cas où c’est serré, c’est encore pire», précise-t-elle.

Mme Pilette ajoute que le fait que l’arrondissement soit hétérogène rendait difficile de prévoir le résultat du scrutin. «Cette partie-là du centre [de la ville], elle a des caractéristiques particulières, il n’y a vraiment pas d’homogénéité, il y a beaucoup de groupes de minorités culturelle, visible, etc., donc je dirais qu’il y a un fractionnement extrême du vote.»

La vraie surprise, dit-elle, viendra à l’issue du dépouillement judiciaire qui se profile vraisemblablement. 

Désaveu de Sue Montgomery  

Le résultat du scrutin s’avère aussi un véritable désaveu pour la mairesse d’arrondissement sortante Sue Montgomery, dont la saga judiciaire a amplement fait les manchettes. Durant la campagne, ses opposants affirmaient que les citoyens en avaient ras le bol de la situation, ce qui a été confirmé lors du vote. Celle qui avait récolté 47,58% des voix aux dernières élections n’en compte cette année que 9,7%.

Sue Montgomery

Photo d'archives, Agence QMI

Sue Montgomery

Le dernier mandat de Mme Montgomery a été difficile. Élue sous la bannière de Projet Montréal, elle a été expulsée du parti quand elle a refusé de congédier sa directrice de cabinet, qu’un rapport accusait de harcèlement envers deux employés de la Ville. La cour lui a ensuite donné raison dans une affaire contre la Ville, et une autre affaire est en cours concernant des manquements déontologiques. 

Elle n’avait pas donné suite à nos demandes d’entrevues, mais avait affirmé il y a quelques semaines qu’elle ne croyait pas que la saga lui nuirait. 

Ses adversaires n’étaient pas d’accord. «C’est très simple: les citoyens s’attendent à ce que leurs élus mettent en priorité les services, les investissements [...], plutôt que des croisades personnelles», avait indiqué Lionel Perez, candidat pour Ensemble Montréal.

Même son de cloche chez Gracia Kasoki Katahwa, de Projet Montréal, qui affirmait que les citoyens préféreraient que les élus mettent plutôt l’accent sur le logement, les transports collectifs et le soutien aux entrepreneurs locaux. 

«On a perdu du temps dans les deux dernières années. Il faut arrêter de perdre du temps et se mettre à travailler pour tout le monde», avait-elle dit.