On a jasé avec Yves Gravelle, l’un des meilleurs grimpeurs au pays | 24 heures
/panorama

On a jasé avec Yves Gravelle, l’un des meilleurs grimpeurs au pays

s

Le grimpeur québécois Yves Gravelle escalade certaines des parois les plus difficiles sur la planète et est «reconnu un peu pour avoir parmi les doigts les plus forts au monde».

«Même si j’ai comme réputation d’être peut-être l’un des meilleurs grimpeurs au pays, je trouve que j’ai toujours quelque chose à apprendre en escalade», explique candidement Yves Gravelle. 

Le grimpeur qui a grandi à Gatineau se spécialise en bloc, une discipline dans laquelle on grimpe de plus petites parois, mais sans être attaché. L’escalade de bloc se concentre sur des mouvements explosifs et difficiles. 

«Je pense que plusieurs personnes sont inspirées parce que je suis quand même quelqu’un qui a un travail, puis j’ai deux enfants. Alors, c’est quand même motivant de voir qu’une personne normale peut faire des choses extrêmes dans son sport», explique celui qui réside maintenant à Ottawa.

La mecque de l’escalade au Québec 

Yves fait souvent le voyage jusque dans les Laurentides, la «Mecque de l’escalade de bloc au Québec», pour grimper à l’extérieur. On l’a d’ailleurs rencontré à Tremblant, où il a réussi les premières ascensions de nombreux blocs, qui sont considérés comme étant parmi les plus difficiles au Canada et au monde. 

«Ce qui fait vraiment la différence pour la difficulté, c’est la grosseur des prises. En général, les prises sont très petites, de la forme d’un rasoir», indique-t-il. 

Pour arriver à un tel niveau, Yves passe de nombreuses heures chez lui à s’entraîner. Il a développé au fil des ans une force de doigts impressionnante. 

Sa routine d’entraînement comprend des suspensions sur des prises très petites ou des suspensions à une main avec beaucoup de poids sur lui. 

Champion du monde 

En 2019, il a d’ailleurs participé aux championnats du monde d’armlifting, un sport axé sur la force de doigts. Il a vite réalisé qu’il se classait parmi les meilleurs au monde puisqu’il a gagné trois médailles d’or en plus d’établir plusieurs records mondiaux dans sa catégorie de poids. 

Depuis, Yves n’a pas pris part à nouveau aux championnats du monde d’armlifting en raison de la pandémie de COVID-19. Il espère pouvoir y retourner bientôt. Entretemps, il continue de travailler sur de nombreux projets d'ascension dans les Laurentides. 

Une vidéo qui pourrait vous intéresser: 

Les champignons ont la cote sur TikTok

s