Personnes non vaccinées isolées, nombre de cas de COVID-19 en hausse: ça va mal en Europe | 24 heures
/bref

Personnes non vaccinées isolées, nombre de cas de COVID-19 en hausse: ça va mal en Europe

Image principale de l'article COVID-19: ça va mal en Europe
AFP
  • L’Europe est aux prises avec une nouvelle vague d’infections à la COVID-19.  
  • La situation épidémiologique en Europe est considérée comme «très inquiétante» dans dix pays et «inquiétante» dans dix autres. 
  • Face à une flambée des cas, des pays comme l’Autriche, l’Allemagne, la France et les Pays-Bas ont décidé de resserrer leurs mesures sanitaires.   

Les personnes non vaccinées sont isolées en Autriche, les cas explosent en Allemagne, en France et aux Pays-Bas: c’est confirmé, l’Europe est aux prises avec une nouvelle vague de COVID-19, où la situation est jugée «très inquiétante» dans plusieurs pays.

• À lire aussi: La COVID-19 longue, surtout dans la tête? C’est ce qu’avance une étude française controversée

• À lire aussi: Big Bird de Sesame Street s’est fait vacciner et des coucous capotent

La situation continue de se dégrader dans l’Union européenne et est considérée comme «très inquiétante» dans dix pays et «inquiétante» dans dix autres, a indiqué, vendredi, l’agence européenne chargée des maladies.

«La situation épidémiologique dans l’Union européenne est actuellement caractérisée par une hausse rapide et importante des cas et un taux de mortalité faible, mais en lente hausse», résume le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC) dans sa dernière évaluation des risques.

Les personnes non vaccinées isolées  

L’Autriche a décidé d’isoler les personnes qui ne sont pas vaccinées contre le virus dès aujourd’hui.

La «situation est grave», a averti, dimanche, le chef du gouvernement, devant la flambée des nouveaux cas, au plus haut depuis le début de la pandémie – 12 000 par jour en moyenne dans ce pays de 8,9 millions d’habitants.

• À lire aussi: Un bordel en Autriche offre la vaccination à ses usagers en échange d’un «30 minutes de plaisir»

Loin de faire l’unanimité, de nombreuses voix se sont élevées pour décrier cette mesure. «Bienvenue en apartheid», dénonçait, lundi, un collectif accusant le gouvernement de désigner des «boucs émissaires».

Des experts ne cachent pas leur scepticisme quant à l’efficacité de telles mesures, même si le gouvernement a annoncé de nombreux contrôles et des sanctions.

D’autres, comme le spécialiste Bernd-Christian Funk, se demandent dans les médias si le fait d’isoler seulement une partie de la population est conforme à la Constitution.

Resserrement des mesures  

Face à une nouvelle vague de la pandémie, l’Allemagne a décidé de décréter le retour massif au télétravail. La règle avait été levée au début juillet. Le pays compte maintenant 289 cas pour 100 000 personnes, un nouveau record pour l’Allemagne.

• À lire aussi: Vaccin contre la COVID-19: voici qui pourra recevoir une 3e dose (et quand)

De leur côté, les Pays-Bas ont décidé de réinstaurer un confinement partiel avec une série de restrictions sanitaires touchant principalement le secteur de la restauration en réaction à la flambée des cas. Ainsi, les bars et les restaurants doivent fermer à 20h au moins jusqu’au 4 décembre.

Confrontée à un rebond des contaminations, la France a réinstauré, lundi, le port du masque obligatoire à l’école primaire sur tout son territoire et a renforcé ses contrôles aux frontières avec plusieurs pays.

Le niveau d’alerte a été renforcé, ces derniers jours, en France, où le nombre de nouveaux cas quotidiens de COVID-19 est repassé au-dessus des 10 000 en moyenne sur les sept derniers jours, selon les chiffres officiels publiés dimanche.