La Russie fait exploser un satellite avec un missile, les États-Unis en furie: vers une militarisation de l'espace? | 24 heures
/bref

La Russie fait exploser un satellite avec un missile, les États-Unis en furie: vers une militarisation de l'espace?

Image principale de l'article La Russie a fait exploser un satellite
AFP

La Russie a fait exploser un satellite, ce qui a généré un nuage de débris dangereux pour la Station spatiale internationale (SSI) et des milliers de satellites.

• À lire aussi: SpaceX envoie des touristes dans l’espace pendant 3 jours

• À lire aussi: Le milliardaire Jeff Bezos s'en va dans l'espace mardi matin: voici ce qu'il faut savoir

Selon les États-Unis, Moscou a fait feu depuis la Terre, lundi, sur l’un de ses propres satellites, lors d’un test de missile antisatellite, ce qui aurait pu provoquer de multiples catastrophes. 

Les 1500 débris orbitaux et des centaines de milliers de plus petits morceaux ont menacé des milliers de satellites sur lesquels les pays comptent pour de très nombreuses activités, comme les communications ou la localisation.

Sept astronautes à bord de la SSI ont même dû se réfugier temporairement dans leurs vaisseaux afin de se préparer à une éventuelle évacuation d’urgence après le tir présumé. 

La Station spatiale internationale.

Photo courtoisie NASA

La Station spatiale internationale.

Une menace pour des décennies   

Le patron de la NASA, Bill Nelson, s’est dit «scandalisé» par une action «déstabilisatrice».

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a soutenu que ce champ de débris menacerait les activités spatiales «pour des décennies». Il a aussi promis que les États-Unis «travailleraient» avec leurs alliés pour répondre à «cet acte irresponsable».

Le Pentagone a déclaré qu’il travaillerait en vue établir la trajectoire orbitale des débris, afin de prévenir des collisions.

Missile russe Soyuz-2.1b

AFP

Missile russe Soyuz-2.1b

Silence radio à Moscou  

Le gouvernement et l’armée russe n'ont pas commenté la situation. Et l’agence spatiale russe, Roscosmos, s'est contentée de dire que sa «priorité principale» était la sécurité de la SSI et de son équipage.

«Seuls des efforts communs de toutes les puissances spatiales pourront assurer une coexistence aussi sûre que possible et les opérations dans le domaine spatial», a indiqué Roscosmos dans un communiqué.

Photo AFP

Possible militarisation du cosmos?  

L’incident a relancé les craintes de voir l’espace se transformer en un champ de bataille entre les grandes puissances avides d’expérimenter de nouvelles technologies militaires.

Des tirs tests antisatellites n’avaient été menés jusqu’ici que par une poignée de nations (États-Unis, Chine, Inde), tandis que Moscou proclamait lutter contre toute tentative de militariser l’espace.

aylerein - stock.adobe.com

Selon l’expert militaire russe Pavel Felgenhauer, interrogé par l’AFP, Moscou n’a toutefois jamais caché disposer de systèmes pouvant atteindre l’espace depuis la Terre, comme les systèmes de défense S-500 et S-550, capables, selon l’armée russe, de réduire à néant des satellites.

«La Russie a toujours dit qu’elle était contre le déploiement d’armes dans l’espace, mais pas qu’elle était contre l’utilisation d’armes dans l’espace», nuance-t-il, précisant qu’il n’y avait pas d’interdiction formelle dans le droit international pour ce type d’usage depuis la planète.

Détruire des satellites d’autres pays ou mener des offensives depuis l’espace peuvent se révéler être des atouts militaires stratégiques, mais le développement de telles capacités risque d’entraîner une course aux armements aux conséquences imprévisibles.

Avec l'AFP 

Une vidéo qui pourrait vous intéresser:  

C'est le retour du karaoké au Québec!

s

Sur le même sujet