Un manchot de l’Antarctique retrouvé à près de 3000 km de chez lui | 24 heures
/environment

Un manchot de l’Antarctique retrouvé à près de 3000 km de chez lui

Image principale de l'article Un manchot retrouvé à près de 3000 km de chez lui
Page Facebook Département de Conservation Nouvelle-Zélande
  •   Un manchot de l’Antarctique a été retrouvé en Nouvelle-Zélande, à 3000 km de chez lui.    

  • Les comportements des manchots Adélies auraient commencé à changer et ce serait un signe que l’écosystème marin est en crise.    

  • La population de manchots Adélie pourrait diminuer de 30% d’ici à 2016 et de 60% d’ici 2099, à cause des changements climatiques.    

Un manchot de l’Antarctique a été retrouvé en Nouvelle-Zélande, à près de 3000 kilomètres de chez lui. Ce serait seulement le troisième manchot retrouvé sur une plage néo-zélandaise en près de soixante ans.

• À lire aussi: Un ourson polaire qui a perdu sa mère pourrait mourir de faim

• À lire aussi: Les intempéries en Colombie-Britannique, un inquiétant aperçu du futur

Dans une vidéo publiée sur Facebook par le Département de la Conservation de la Nouvelle-Zélande, on peut voir «Pingu» — c'est le surnom que lui ont donné les Néo-zélandaises — sauter à l'eau, depuis des roches. Une performance digne du film Les petits pieds du bonheur (ou Happy Feet pour ceux qui l'ont écouté en anglais).

«Pingu» est le troisième manchot Adélie (son espèce d’oiseau) aperçu sur le territoire de la Nouvelle-Zélande en près de 60 ans. À son arrivée, il était déshydraté et il avait faim, mais il était tout de même en bonne santé, explique Thomas Stracke, un expert avec qui s’est entretenu le quotidien The Guardian

Changements climatiques   

C’est super rare que des manchots se rendent jusqu’en Nouvelle-Zélande, a mentionné Philip Seddon, professeur en zoologie de l’Université Otago, toujours au Guardian. «Pingu» pourrait s’être égaré, avant d’être emporté par le courant. 

• À lire aussi: Le réchauffement climatique irréversible? Des scientifiques lancent un cri d’alarme

Selon Philip Seddon, les manchots Adélies auraient commencé à changer certains de leurs comportements et ce serait un signe que l’écosystème marin est en crise.

Comme l’eau des océans se réchauffe, les poissons ont tendance à s’éloigner de la surface et à descendre plus en profondeur, là où l’eau est plus froide. Pour se nourrir, les manchots doivent ainsi se déplacer davantage. 

@cbsnews Pingu, a small Adelie penguin, was found "underweight and dehydrated" on the coast of New Zealand — more than 1,800 miles away from its Antarctic home. #news #animalsoftiktok #newzealand #antarctica #penguin #nature #animalrescue ♬ original sound - cbsnews

Selon une étude commandée par la NASA en 2016, la population de manchots Adélie pourrait diminuer de 30% d’ici à 2016 et de 60% d’ici 2099. Tout ça en raison des changements climatiques.

Ils subissent d’ailleurs déjà les effets des changements climatiques. 

En 2017, une colonie de 40 000 manchots en Antarctique avait connu une période de reproduction catastrophique, alors que seulement deux nouveau-nés avaient survécu. La très grande majorité est morte de faim, toujours selon The Guardian.

Une vidéo qui pourrait aussi vous intéresser:   

Des fous de Bassan de l’île Bonaventure servent de caméramans  

s

Sur le même sujet