La joueuse de tennis chinoise Peng Shuai donne signe de vie | 24 heures
/bref

La joueuse de tennis chinoise Peng Shuai donne signe de vie

Image principale de l'article Peng Shuai donne signe de vie
Photo AFP

La vedette chinoise du tennis Peng Shuai est apparue dimanche à un tournoi de tennis à Pékin, en plus de s’entretenir avec le président du CIO par vidéo, après que la pression internationale a augmenté pour obtenir des informations sur son état de santé dans les derniers jours. 

Peng shuai multiplie les signes pour tenter de rassurer la communauté internationale . Le président du CIO, Thomas Bach, a indiqué par communiqué avoir échangé « une trentaine de minutes» avec elle lors d’une visioconférence.

Le Comité olympique a précisé qu’elle «avait expliqué qu’elle était saine et sauve à son domicile à Pékin mais qu’elle aimerait que sa vie privée soit respectée», lors de l’appel, qui réunissait aussi la présidente de la Commission des athlètes Emma Terho, et la Chinoise Li Lingwei, membre du Comité olympique.

Plus tôt aujourd’hui, elle est apparue vêtue d’une veste de sport bleu marine et d’un pantalon de survêtement blanc, sur des photos des Fila Kids Junior Tennis Challenger Finals, publiées sur le compte officiel Weibo du China Open. 

Xu Xiin,un influent journaliste du Global Times, a aussi tweeté une vidéo la montrant, décontractée et tout sourire, signant des autographes pour des enfants avant de poser pour des photos avec eux. 

• À lire aussi: Un courriel louche qui aurait été écrit par la joueuse de tennis soulève des inquiétudes

• À lire aussi: Où est Peng Shuai, la joueuse de tennis disparue après avoir accusé un haut dirigeant communiste d’agression sexuelle?

Il a également publié une autre vidéo qui daterait de dimanche, dans laquelle la joueuse dîne avec son entraîneur et des amies dans un restaurant de Pékin. Le journaliste est cependant réputé avoir une certaine proximité avec le pouvoir et n’en faisait aucune référence sur son compte Weibo, l’équivalent de Twitter en Chine. 

L’AFP indiquait avoir été incapable de confirmer le lieu ni les conditions dans lesquelles les images ont été tournées. 

Il s’agit de sa première réapparition publique depuis qu’elle a publié un long message sur les médias sociaux chinois le 2 novembre dernier, accusant l’ancien vice-premier ministre de la Chine, Zhang Gaoli, de l’avoir forcée à avoir une relation sexuelle avec lui et à être sa maîtresse. 

Insuffisant    

Le message d’accusation marquait la première fois que le mouvement #MeToo touche les plus hautes sphères du Parti communiste au pouvoir en Chine et les inquiétudes concernant la sécurité de Peng Shai grandissent depuis. Ses accusations ont rapidement été retirées de la plateforme Weibo et plusieurs autres références à l’ancienne numéro 1 mondial en double ont été supprimés de l’internet chinois. 

Dans un communiqué publié samedi, le président de la WTA, Steve Simon, a indiqué qu’il est «positif» de voir l’athlète, mais que «la vidéo n’est pas suffisante» pour montrer qu’elle est «libre de ses décisions et de ses actions». 

La WTA a d’ailleurs menacé de mettre fin à des contrats très payants avec la Chine si elle n’obtient pas de nouvelles plus convaincantes sur la sécurité de Peng Shuai, après qu’un courriel relayé par la chaîne d’État chinoise CCGTN ait fait grandir l’inquiétude sur sa situation mercredi dernier. 

Sur les ondes de CNN, Steve Simon avait fait part de sa perplexité vis-à-vis du message dans lequel la championne déclarait que ses accusations contre l’ancien haut dirigeant Zhang Gaoli étaient fausses. 

M. Simon avait qualifié le courriel de «mise en scène» et avait dit qu’il ne croyait «pas du tout »que ce soit la vérité.

Le gouvernement chinois a aussi refusé à plusieurs reprises de commenter l’affaire et les discussions sur les accusations sont bloquées sur l’internet du pays, qui est étroitement contrôlé par le pouvoir.

Préoccupation internationale    

La sécurité de la jeune femme de 35 ans est devenue un sujet de préoccupation internationale alors que plusieurs joueuses de renom comme Serena Williams et Naomi Osaka se sont joint aux appels des responsables du tennis qui demandent à avoir plus de détails sur son état de santé. 

Après Novak Djokovic, Roger Federer s’est aussi exprimé samedi en déclarant au média Sky News: «Elle est l’une de nos championnes de tennis, une ancienne numéro un mondiale. Il est clair que c’est inquiétant. J’espère qu’elle est en sécurité.»

Samedi soir, le Royaume-Uni a exhorté la Chine à «fournir de toute urgence des preuves vérifiables de sa sécurité et de la localisation». 

L’ONU a aussi demandé des preuves qu’elle se porte bien et plusieurs pays, dont les États-Unis et la France, se sont dits «préoccupés», alors que le hashtag #WhereisPengShuai (#OùestPengShuai) s’est répandu comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux.