Discours du Trône: le français de la gouverneure générale, Mary Simon, fait jaser sur les réseaux sociaux | 24 heures
/bref

Discours du Trône: le français de la gouverneure générale, Mary Simon, fait jaser sur les réseaux sociaux

Image principale de l'article Le français de Mary Simon fait jaser
AFP
  • La gouverneure générale du Canada, Mary Simon, a prononcé son premier discours du Trône cet après-midi.    

  • Le discours, qui a été livré majoritairement en anglais, contenait des passages en français et en inuktitut, sa langue maternelle.    

  • Si Mme Simon avait promis de suivre des cours de français lors de sa nomination, force est de constater qu'il lui reste du travail à faire.    

Le français de la gouverneure générale du Canada, Mary Simon, qui a prononcé aujourd'hui son premier discours du Trône à Ottawa, a fait réagir... et pas nécessairement pour les bonnes raisons.

• À lire aussi: Voici pourquoi la nouvelle gouverneure générale du Canada ne parle pas français

• À lire aussi: La nouvelle gouverneure générale du Canada est une femme inuite

Si le discours a été livré principalement en anglais, il contenait certains passages en français, mais aussi en inuktitut, la langue maternelle de Mme Simon. C'est déjà mieux que le président-directeur général d’Air Canada, Michael Rousseau, qui, le mois dernier, n'avait pas prononcé un seul mot en français lors d’un discours à Montréal

s

Mais malgré les efforts de Mme Simon, le député bloquiste Denis Trudel a qualifié son français de «pitoyable» et d'«insulte de plus aux francophones de tout le pays». 

  

Voici d'autres réactions tirées de Twitter:     

Des cours de français   

Rappelons que la représentante de la reine au Canada, qui ne maîtrise pas le français, s'est engagée à suivre des cours lors de sa nomination, en juillet dernier. 

«Je suis profondément engagée dans l’apprentissage du français et j’ai l’intention de mener les activités de gouverneure générale dans les deux langues officielles du Canada ainsi qu’en inuktitut, l’une des nombreuses langues autochtones parlées au pays», avait-elle dit.