«Amis québécois» en français, «friends» en anglais: une publicité contre le racisme fait polémique | 24 heures
/bref

«Amis québécois» en français, «friends» en anglais: une publicité contre le racisme fait polémique

Image principale de l'article Une pub de Québec contre le racisme fait polémique
Gouvernement du Québec | YouTube
  • Des publicités contre le racisme du gouvernement du Québec ont dû être retirées parce qu’elles font polémiques.   

  • En français, des jeunes Noirs sont présentés comme des «amis québécois», alors qu’en anglais, ils sont décrits simplement comme des «friends».    

  • Les publicités anglophones, qui sont toujours accessibles sur YouTube, seront ajustées, a annoncé le ministre Benoit Charette.

«Amis québécois» en français, «friends» en anglais: le gouvernement du Québec a dû retirer des publicités anglophones contre le racisme, qui ont été lancées hier, parce qu’elles font polémiques.

• À lire aussi: Chalet saccagé: lorsque les Blacks craignent de tous se faire mettre dans le même panier

• À lire aussi: Ce tiktokeur montréalais rit des préjugés sur les Asiatiques

• À lire aussi: Le Principe de Joyce, en 5 questions

Dans la publicité, qui fait partie d’une nouvelle campagne, on peut voir un groupe de jeunes Noirs rassemblés dans un parc à la tombée de la nuit. Dans la version francophone de la pub, le narrateur les présente comme des «amis québécois», alors qu’en anglais, il se contente de dire que ce sont des «friends» (ou des amis, en français). Le qualificatif québécois a été écarté dans cette deuxième version. 

La publicité en français:   

La publicité en anglais:   

Le ministre responsable de la Lutte contre le racisme, Benoit Charette, a assuré qu’il s’agit d’une «erreur d’évaluation de bonne foi», ce matin, sur les ondes du 98,5 FM. 

«On ne veut certainement pas créer de division au travers de cette campagne-là», s'est-il défendu, précisant que les publicités anglophones ont été retirées pour être ajustées. 

 

Hier soir, sur Twitter, le ministre avait indiqué que le ministère avait choisi d’exclure «le terme Quebecers, car il semblait moins inclusif». Il s’est ravisé, affirmant que les réactions suscitées par la publicité démontrent «que ce n’était pas la meilleure solution».

Dans une autre publicité, qui s’attaque elle aussi aux préjugés, on y aperçoit un homme tatoué originaire d’Amérique du Sud, qui s’apprête à courir dans la rue. En français, on le décrit comme un voisin québécois et en anglais, comme un «neighbour» (ou voisin, en français). 

Les publicités en anglais ne sont plus diffusées à la télévision, mais sont toujours disponibles sur le compte YouTube du gouvernement du Québec.