COVID-19: voici tout ce qu’on doit savoir sur les troisièmes doses ici et ailleurs | 24 heures
/bref

COVID-19: voici tout ce qu’on doit savoir sur les troisièmes doses ici et ailleurs

Image principale de l'article Voici tout ce qu'on doit savoir sur les 3es doses
Photo Stevens LeBlanc
  •  Tous les adultes français sont maintenant admissibles à une dose de rappel de vaccin contre la COVID-19.   

  • Le passeport vaccinal des Français qui n’auront pas reçu une troisième dose ne sera plus valide à compter du 15 janvier.    

  • Au Québec, seules les personnes âgées de 70 ans et plus peuvent recevoir, volontairement, la dose de rappel.    

Alors que le Québec ne propose une troisième dose qu’aux 70 ans et plus, plusieurs pays annoncent un rappel vaccinal d’envergure pour freiner une cinquième vague de COVID-19. Tour d’horizon des campagnes de vaccination ici et dans le monde.

• À lire aussi: Des risques? Quels effets secondaires? On répond à vos questions sur la vaccination des 5 à 11 ans

Au Québec  

Au Québec, seules les personnes de 70 ans et plus peuvent demander une dose de rappel. Il y a des exceptions: les personnes avec un système immunitaire affaibli par la chimiothérapie ou par certains médicaments, par exemple, peuvent également prendre rendez-vous.  

Les quelque 165 000 Québécois qui ont reçu deux doses du vaccin d'AstraZeneca ou Covishield peuvent également prendre rendez-vous pour recevoir une troisième dose. La deuxième dose doit avoir été reçue depuis au moins six mois. Ces Québécois recevront cette fois-ci une dose du vaccin de Pfizer ou de Moderna.

Et qu'en est-il du reste de la population?   

Pour le moment, François Legault écarte d’offrir une troisième dose aux moins de 70 ans. Le Comité sur l’immunisation au Québec (CIQ) suit la situation de près et évalue que la protection des moins de 70 ans est toujours adéquate, nous a confirmé le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). 

Selon le Dr Karl Weiss, microbiologiste-infectiologue à l’Hôpital général juif de Montréal, des pans entiers de la population pourraient toutefois être à risque. Notamment, les travailleurs de la santé vaccinés depuis plus de huit mois ne peuvent pas encore recevoir une troisième dose. Le Dr Weiss est d'avis que le Québec devrait, comme d'autres pays, leur offrir une dose de rappel. 

«Ce n’est pas pour rien que les Américains et les pays de l’Union européenne – on parle d’un milliard de personnes – ont décidé d’immuniser leur population avec un booster quand ça fait plus de cinq ou six mois qu’ils ont eu leur deuxième dose», dit-il.

En France  

Alors que l’Europe est aux prises avec une cinquième vague de COVID-19, le rappel vaccinal sera «ouvert à tous les adultes dès cinq mois après leur dernière injection» à partir de samedi. Cet élargissement de la dose de rappel s’inscrit dans un durcissement des mesures sanitaires en France, qui a été annoncé jeudi par le ministre français de la Santé, Olivier Véran. 

• À lire aussi: Personnes non vaccinées isolées, nombre de cas de COVID-19 en hausse: ça va mal en Europe

Olivier Véran, ministre de la Santé de la France

AFP

Olivier Véran, ministre de la Santé de la France

Parmi 25 millions d’adultes français, six millions ont déjà reçu une troisième dose. Ce sont donc 19 millions de Français qui pourraient aller se faire vacciner d’ici au 15 janvier prochain. À partir de cette date, le passeport vaccinal des personnes qui ont reçu deux doses ne sera plus valide. Sans passeport vaccinal, les Français ne pourront plus accéder, notamment, aux cafés, aux bars, aux restaurants, aux théâtres ou aux cinémas. 

Aux États-Unis  

La semaine dernière, l’Agence américaine des médicaments (FDA) a autorisé une troisième dose du vaccin de Pfizer ou de Moderna pour tous les adultes qui sont entièrement vaccinés depuis au moins six mois.

AFP

Au moins 31 millions de personnes ont déjà reçu une dose de rappel aux États-Unis, dont environ la moitié (17 millions) ont 65 ans et plus.

Cette nouvelle survient alors que l’épidémie reprend de plus belle chez nos voisins du Sud, avec, en moyenne, 95 000 nouveaux cas de COVID-19 chaque jour, comparativement à 70 000 fin octobre. Les États-Unis enregistrent également environ 1100 décès par jour.

En Allemagne  

Des records d’infection sont pratiquement atteints au quotidien en Allemagne. Le pays est d’ailleurs confronté à la plus violente vague de contaminations qu'il ait connue depuis le début de la pandémie. 

Jens Spahn, ministre allemand de la Santé

AFP

Jens Spahn, ministre allemand de la Santé

 

Jour après jour, l’Allemagne bat des records de nouveaux cas quotidiens. Pour freiner les contaminations, Berlin permet à tous les Allemands de 18 ans et plus de recevoir une troisième dose de vaccin. Les personnes âgées et le personnel soignant ont toutefois priorité. 

Mercredi, le pays a dépassé la barre des 100 000 morts de la COVID-19. 

En Suède  

La Suède, qui a été l’un des pays avec le moins de restrictions au monde, vient d’annoncer qu’elle instaurerait un passeport vaccinal dès le 1er décembre. 

Lena Hallengren, ministre suédoise de la Santé et des Affaires sociales

AFP

Lena Hallengren, ministre suédoise de la Santé et des Affaires sociales

 

Le gouvernement a aussi recommandé mercredi aux personnes âgées de 18 à 65 ans de prendre rendez-vous pour recevoir une troisième dose de vaccin contre la COVID-19 (au moins six mois après la deuxième). 

Actuellement, sept millions de Suédois sont pleinement vaccinés, sur une population de dix millions.

Avec l’AFP et l'Agence QMI