Salon du livre de Montréal : 5 auteurs à surveiller | 24 heures
/bref

Salon du livre de Montréal : 5 auteurs à surveiller

Image principale de l'article 5 auteurs à surveiller
COURTOISIE FRANÇOIS OLIVIER

Le Salon du livre de Montréal (SLM) débute ce jeudi au Palais des congrès. Cette année, c’est le retour des rencontres en personne et des périodes de dédicaces. Voici 5 suggestions d’auteurs à aller saluer.  

• À lire aussi: Sept bandes dessinées québécoises à lire absolument

Courtoisie

Laura Doyle Péan pour mettre un baume sur une rupture   

Encore sur les bancs d’école, Laura Doyle Péan a déjà, à 21 ans, fait paraître un premier recueil de poésie, Cœur yoyo. Divisé en cinq sections, telles les étapes d’un deuil, on y raconte la séparation d’un couple et tout ce qui en découle : la peine, le questionnement, la solitude, etc. L’étudiant.e en droit à l’Université McGill est également activiste et s’intéresse particulièrement aux luttes féministes, antiracistes et pour la justice climatique. Bref, ce.tte jeune artiste aux origines haïtiano-québécoises est d’une grande pertinence pour discuter des enjeux actuels. 

En dédicace jeudi à 19 h 30, samedi à 15 h et dimanche à 15 h 

Courtoisie Julie Artacho

Natasha Kanapé Fontaine pour mieux comprendre la réalité des Premières Nations   

La jeune femme innue connaît tout un mois de novembre ! Après la sortie d’un premier EP, NUI PIMUTEN­­­, le 19 novembre, Natasha Kanapé Fontaine fera paraître un premier roman, Nauetakuan, un silence pour un bruit, juste avant le début du SLM, soit le 24 novembre. Dans la foulée des découvertes macabres dans plusieurs pensionnats autochtones, son œuvre, qui suit une jeune femme dans une quête identitaire, nous permet de mieux comprendre les blessures du passé des peuples autochtones. 

En dédicace vendredi 16 h et 18 h et samedi 11 h 30, 15 h 30, 18 h et 20 h 30 et dimanche 12 h et 14 h 30 

Courtoisie Aline Dubois

Arnaud Theurillat-Cloutier pour décortiquer la crise écologique  

L’essai d’Arnaud Theurillat Cloutier et Frédéric Legault, qui lie capitalisme et crise écologique, Pour une écologie du 99 %, tombe à point après une année marquée par les changements climatiques. Les deux auteurs y déboulonnent 20 mythes, afin de pouvoir jeter les bases d’un mouvement écologiste adopté par tous. Arnaud Theurillat-­Cloutier a également fait paraître un essai sur le printemps érable en 2017. L’enseignant en philosophie risque donc d’être une personne fort intéressante avec qui discuter le temps d’une dédicace. 

En dédicace du samedi à 12 h 30 et 15 h 30 

Courtoisie Justine Latour

Gabrielle Boulianne-Tremblay pour se mettre dans la peau d’une personne trans  

Si le visage de Gabrielle Boulianne-Tremblay vous dit quelque chose, c’est que vous l’avez sûrement vue dans le film Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau. Mais en plus d’être actrice, la jeune femme trans a fait paraître quelques recueils de poésie ainsi qu’un premier roman, La fille d’elle-même, cette année. Cette autofiction retrace le parcours d’une jeune fille née dans un corps de garçon qui se cherche. L’auteure s’est d’ailleurs récemment prononcée sur le projet de loi 2 qui voulait au départ obliger les personnes trans à subir une opération de changement de sexe. 

En dédicace samedi 13 h 40 

Courtoisie Julie Artacho

Mélissa Perron pour déboulonner les tabous sur la santé mentale  

Il y a trois ans, l’auteure Mélissa Perron recevait son diagnostic : Asperger. C’était peu de temps après la sortie de son premier roman Promets-moi un printemps, dans lequel la protagoniste était aux prises avec la dépression. Cette nouvelle l’a inspirée pour un deuxième ouvrage, Belle comme le fleuve, qui met en scène le même personnage qui, comme l’auteure, reçoit le diagnostic d’Asperger. Comme le racisme et l’urgence climatique, la santé mentale est un sujet de l’heure dont Mélissa Perron­­­ saura assurément éclaircir certains aspects. 

En dédicace dimanche 14 h et 16 h