Delta, Alpha, Beta et Gamma: voici où en sont les variants préoccupants dans le monde | 24 heures
/bref

Delta, Alpha, Beta et Gamma: voici où en sont les variants préoccupants dans le monde

Image principale de l'article Où en sont les variants préoccupants dans le monde
Photo d'archives, AFP
  •  Un nouveau variant aux multiples mutations détecté en Afrique du Sud est jugé «préoccupant» par l’OMS.   

  • Quatre autres variants sont jugés «préoccupants» et sont sous surveillance dans le monde: Delta, Alpha, Beta et Gamma.   

  • Le variant Delta est actuellement le plus répandu dans le monde: il représente 99,8% des cas séquencés.   

Mauvaise nouvelle: un nouveau variant, Omicron, détecté en Afrique du Sud, est maintenant considéré comme préoccupant par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Voici un tour d'horizon des autres actuellement sous surveillance dans le monde.

Delta  

Identifié pour la première fois en Inde en octobre 2020, le B.1.617.2 est aujourd'hui le plus répandu sur la planète. Dans les deux derniers mois, le variant Delta a représenté 99,8% des cas séquencés dans le monde au cours des 60 derniers jours, selon le dernier bulletin hebdomadaire de l’OMS. 

AFP

L’été dernier, le sous-variant «très contagieux» AY.4.2, de la famille Delta, avait été détecté au Royaume-Uni et avait suscité l'inquiétude partout dans le monde.

• À lire aussi: Ce qu’il faut savoir sur «Omicron», le nouveau variant aux multiples mutations

• À lire aussi: À quoi doit-on s’attendre cet hiver?

Le niveau de contagiosité du Delta est deux fois plus élevé que celui des autres principaux variants, Omicron exclu. Ce n'est pas tout: les vaccins seraient 40% moins efficaces contre cette souche. En juin, la Santé publique du Canada estimait même que les personnes infectées par le variant Delta étaient 54% plus susceptibles d’être hospitalisées que celles qui l'étaient par le variant Alpha.

Par ailleurs, si la plupart des scientifiques pensaient que le prochain variant préoccupant serait issu d'une évolution de Delta, le B.1.1.529, qui vient tout juste d'être détecté en Afrique du Sud, appartient à une souche complètement distincte.

• À lire aussi: Voici tout ce qu’on sait sur le sous-variant «Delta Plus»

Alpha  

Et qu'en est-il du variant Alpha, aussi connu sous «B.1.1.7»? Identifié pour la première fois au Royaume-Uni en septembre 2020, donc un mois avant Delta, on le croyait 50% plus contagieux que la souche originale du virus. 

Alpha est aujourd’hui bien moins présent et menaçant: il représente moins de 0,1% des cas séquencés dans le monde. 

AFP

Malgré son recul, ce variant a eu un impact important dans l'évolution de la pandémie. Le Canadian Medical Association Journal (CMAJ) rappelait, en juillet dernier, qu'Alpha avait été «l’un des principaux moteurs de la troisième vague de COVID-19 au Canada dans les premiers mois de 2021».

Il a aussi été lié à une augmentation des cas de COVID-19 et des hospitalisations chez les jeunes.

Beta  

Bien qu’il ne représente lui aussi que 0,1% des cas séquencés au monde, le variant Beta demeure préoccupant en raison de son niveau de transmissibilité et de virulence. 

Comme le nouveau variant mutant Omicron, Beta a été identifié pour la première fois en Afrique du Sud, mais cette fois en mai 2020. Il a contribué à la hausse des cas et des décès pendant la deuxième vague dans ce pays africain. 

AFP

 Il est porteur d’une mutation — appelée «N501Y» — qui semble agir sur son degré de contagion. 

Gamma  

Le variant Gamma a fait des ravages principalement au Brésil, où il a été détecté en novembre 2020. Le Brésil est d'ailleurs l'un des pays les plus endeuillés par la COVID-19 dans le monde. 

Comme les deux variants précédents, il est responsable de 0,1% des cas séquencés au monde à l'heure actuelle. 

AFP

Au cours de l'été, le variant Gamma, tout comme le variant Alpha, a été identifié à Haïti, qui a connu une forte augmentation du nombre de cas de COVID-19.

Deux «variants d’intérêt» 

Deux autres variants sont sous surveillance par l'OMS: Lambda et Mu. Ces derniers appartiennent à la catégorie des «variants d’intérêt», dont les caractéristiques génétiques potentiellement problématiques justifient une surveillance. 

Avec l'AFP

s

s