Voici comment des grandes marques de vêtement contribuent à la déforestation de l’Amazonie | 24 heures
/environment

Voici comment des grandes marques de vêtement contribuent à la déforestation de l’Amazonie

Image principale de l'article Amazonie: des marques accélèrent la déforestation
AFP
  •  Une centaine d’entreprises de l’industrie de la mode sont à risque d’aggraver la destruction de l’Amazonie.   

  • Une étude révèle les liens entre le cuir utilisé par plusieurs marques et la destruction illégale de la forêt tropicale.   

  • L'élevage de bétail est le premier responsable de la déforestation au Brésil.   

Zara, H&M, Adidas, Nike, Prada: ces marques signaient en 2019 le «pacte de la mode» visant à limiter le réchauffement climatique et protéger la biodiversité. Promesse tenue? Au contraire. Un nouveau rapport démontre plutôt les liens qu’elles entretiennent avec une industrie qui soutient la déforestation de l’Amazonie.

• À lire aussi: Vos sièges en cuir contribuent à la déforestation de l'Amazonie

• À lire aussi: Vos vêtements usés finissent dans ce désert du Chili

Une centaine d’entreprises de l’industrie de la mode sont à risque d’aggraver la déforestation de l’Amazonie si elles ne surveillent pas d’un peu plus près leurs sources d'approvisionnement en cuir, pointe l’étude menée par Stand.earth.

Les chercheurs de la firme ont analysé le parcours du cuir depuis le Brésil, qui fournit un matériau très abordable.

Leur analyse ne prouve pas hors de tout doute l'existence d'un lien direct entre chaque marque de mode et la déforestation de l'Amazonie.

Mais, des liens existent bel et bien entre le cuir utilisé pour la confection de vêtements ou d’accessoires puis l'élevage de bétail dans la région. Cette industrie est décrite comme la première responsable de la déforestation, selon le World Resources Institute

Des liens existent entre le cuir utilisé pour la confection de vêtements ou d’accessoires et l'élevage de bétail dans la région amazonienne.

AFP

Des liens existent entre le cuir utilisé pour la confection de vêtements ou d’accessoires et l'élevage de bétail dans la région amazonienne.



Les recherches se sont principalement attardées à la compagnie JBS, la plus grande entreprise de viande au monde et le plus important exportateur de cuir brésilien, bien connu pour sa participation à la destruction illégale de l’Amazonie.

La déforestation causée par l'élevage de bétail dans cette forêt tropicale représente près de 2% des émissions mondiales de CO2 par année, selon Stand.earth.

C’est l'équivalent des émissions de tous les vols d'avion sur la planète.

Le rôle de l’industrie de la mode  

Fait étonnant dans le rapport: un certain nombre des marques étudiées par Stand.earth, ont récemment annoncé des politiques visant à réduire — et de beaucoup — l’impact environnemental de leur industrie.

Par le Fashion Pact présenté lors du G7 à Biarritz, en 2019, plusieurs acteurs se sont notamment engagés à endiguer le réchauffement climatique en utilisant des matières premières plus écologiques, puis à préserver la biodiversité en luttant contre la déforestation.

Rappelons que l'Amazonie abrite 10% de la biodiversité mondiale.

La mode est donc une industrie clé dans la préservation — ou la destruction — de la forêt tropicale.

Si elle souhaite par ailleurs continuer à soutenir la demande des consommateurs en portefeuilles, sacs à main et chaussures, l'industrie devra abattre 430 millions de vaches par année d'ici 2025, rapportait The Guardian en 2016.

Sur le même sujet