Violence conjugale: Québec implantera le bracelet antirapprochement | 24 heures
/bref

Violence conjugale: Québec implantera le bracelet antirapprochement

Image principale de l'article Québec implantera le bracelet antirapprochement
Photo stock.adobe.com
  •  Les bracelets antirapprochements seront implantés au Québec pour surveiller les ex-conjoints violents.

  • Si des technologies semblables existent dans d’autres pays, comme l’Italie et l’Espagne, il s'agit d'une première au Canada.  

  • Cette annonce a lieu après que 18 féminicides sont survenus au Québec depuis le début de l'année.   

Le gouvernement du Québec va implanter à partir du printemps prochain les bracelets antirapprochements pour surveiller les ex-conjoints violents. Voici tout ce qu'il faut savoir sur ces bracelets et leur implantation.

C'est quoi, au juste, un bracelet antirapprochement?   

Il s’agit d’un bracelet [généralement porté à la cheville] et d’un boîtier avec traceur géolocalisé, qui sont remis à un ex-conjoint violent. La victime reçoit également un boîtier. 

Les forces de l'ordre sont alertées lorsque les deux dispositifs sont à proximité.

• À lire aussi: Quoi faire si vous êtes victime de violence conjugale?

• À lire aussi: Le 32e anniversaire de la fusillade de Polytechnique sera souligné lundi

À partir de quand?   

Ces bracelets seront testés à compter du printemps 2022, dans le cadre d'un «préprojet» dans la région de Québec, a annoncé la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault. 

Ils seront ensuite mis en place graduellement dans les prochaines années.

s

Si des initiatives semblables ont été lancées dans d’autres pays, comme l’Italie et l’Espagne, il s'agit d'une première au pays. 

Une étude de faisabilité   

L'année dernière, le gouvernement du Québec avait lancé une étude de faisabilité pour évaluer cette technologie. 

Les chercheurs ont conclu que ce dispositif pourrait entraîner des retombées positives, à condition qu’il ne fasse pas de l’ombre aux nombreux autres efforts et investissements pour contrer le problème complexe de la violence conjugale.

Cette technologie pourrait permettre d'augmenter le bien-être et le sentiment de sécurité des victimes. Il aurait aussi tendance à encourager le respect des conditions de remise en liberté chez les contrevenants.

• À lire aussi: Il existe maintenant un guide de bonne conduite sexuelle pour les garçons

• À lire aussi: Léa Clermont-Dion réagit à la sentence de son agresseur, l’ex-journaliste Michel Venne

Qui pourrait être visé?   

L’étude de faisabilité a permis d’établir un certain nombre de critères pour cibler les contrevenants susceptibles d’être soumis à ce dispositif. Quelque 2300 dossiers pourraient y correspondre annuellement. 

Des limites   

La technologie repose sur le réseau cellulaire, qui ne couvre pas l’entièreté du territoire québécois. 

Ces bracelets ne doivent pas faire en sorte de créer un faux sentiment de sécurité. 

18 féminicides au Québec cette année   

Cette annonce a lieu après que 18 féminicides sont survenus au Québec depuis le début de l'année. 

Si vous êtes victime de violence conjugale: 

SOS Violence conjugale