Katherine Levac parle de grossophobie et revient sur sa perte de poids dans son nouveau spectacle: «Grosse» | 24 heures
/bref

Katherine Levac parle de grossophobie et revient sur sa perte de poids dans son nouveau spectacle: «Grosse»

Image principale de l'article Katherine Levac revient sur sa perte de poids
PHOTO COURTOISIE/Hugo B. Lefort

«Tu ne peux pas maigrir, parce que tu ne seras plus drôle»: ces mots, Katherine Levac les a souvent entendus. Dans son nouveau spectacle, intitulé Grosse, elle parle justement de grossophobie et de perte de poids.

• À lire aussi: Katherine Levac a accouché de jumeaux et partage une magnifique photo

• À lire aussi: Un court-métrage coup de poing sur la grossophobie

• À lire aussi: L'autrice Édith Bernier combat la grossophobie

Dans ce spectacle, tourné à la fin de l'été, alors qu'elle était toujours (très) enceinte, l'humoriste franco-ontarienne, qui a accouché de jumeaux il y a quelques jours, parle également de procréation assistée, méthode à laquelle elle a eu recours pour mettre au monde ses deux enfants. 

«J’ai pris mon corps, j’ai fait un méchant changement et le monde n’était vraiment pas content de ça, lance-t-elle, dans un extrait diffusé sur Instagram. Je les comprends: mon corps, c’est leur possession, pis ça va, t’sais» ajoute-t-elle avec ironie. 

Dans cette publication Instagram, elle explique avoir intitulé son spectacle Grosse parce qu'elle avait encore son «gros» ventre lors de la captation, «mais aussi parce [qu'elle] aborde une période de [sa] vie où les gens adoraient ça, commenter [son] poids».

La perte de poids de l’humoriste avait beaucoup fait jaser en 2016, à la veille du lancement de son premier spectacle solo, Velours. En entrevue à Tout le monde en parle en avril 2017, elle avait d'ailleurs confié qu'il s'agissait sensiblement du poids qu'elle avait avant d'être connue. 

Deux poids, deux mesures?  

La jeune mère de 32 ans souligne aussi que ceux de ses collègues humoristes masculins qui, comme elle, ont décidé de se reprendre en main et de perdre leur muffin top n'ont pas eu droit aux mêmes commentaires. Elle pense notamment à Phil Roy, Laurent Paquin ou P-A Méthot.

«On ne leur a pas fait les mêmes reproches quand eux ont décidé de perdre du poids. On les a même félicités, mentionne-t-elle dans son spectacle. Si j’étais de mauvaise foi, je dirais que c’est parce que je suis une femme. Mais je suis une personne positive et je préfère dire que c’est un hasard.»

Kat Levac explique avec humour que les personnes qui la traitaient de grosse à l’époque sont les mêmes qui la trouvent aujourd'hui «trop mince», précisant que «la fenêtre pour les satisfaire est tellement petite» qu’elle n'entrera «jamais dedans».