Le Comité consultatif national de l’immunisation recommande finalement une 3e dose à tous les adultes | 24 heures
/bref

Le Comité consultatif national de l’immunisation recommande finalement une 3e dose à tous les adultes

Image principale de l'article Le CCNI la recommande pour les plus de 18 ans
Photo Agence QMI, Joël Lemay
  •  La décision a été prise après avoir constaté que la protection chez certains groupes de personnes commençait «peut-être» à diminuer.  

  • Actuellement, le gouvernement du Québec limite l’administration de cette dose de rappel aux personnes de 70 ans et plus.   

  • En novembre dernier, Santé Canada avait autorisé l'administration d'une troisième dose du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNtech aux adultes de 18 ans  

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) élargit sa recommandation pour une troisième dose à tous les adultes de 18 ans et plus, mais le recommande «fortement» aux personnes de 50 ans et plus.

• À lire aussi: Tests PCR au départ et à l’arrivée, quarantaine obligatoire: voici ce qui vous attend à votre retour au pays

• À lire aussi: Résistant au vaccin? Plus virulent? On répond à vos questions sur l’inquiétant variant Omicron

• À lire aussi: Un premier cas du nouveau variant Omicron confirmé au Québec

Ces doses de rappel pour les vaccins à ARN-messager doivent être administrées au moins six mois après l’injection de la deuxième dose, précise-t-on.

Cette nouvelle recommandation n’est «pas du tout» liée à l’émergence du nouveau variant Omicron, selon le docteur Howard Njoo, sous-administrateur en chef de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

«Ce qu’on voit maintenant avec les données probantes, c’est que [...] la protection à l’échelle de la population commence peut-être à diminuer, peut-être plus pour les aînés et les personnes qui ont reçu leur série primaire du vaccin au début de 2020», a déclaré M. Njoo en point de presse vendredi.

À temps pour Noël 

Les rassemblements à l’intérieur, qui seront plus fréquents durant la période hivernale, risquent d’augmenter le risque de transmission de la COVID-19, et ce, peu importe le variant, a-t-il ajouté.

«C’est le bon moment maintenant, avant les Fêtes, quand tout le monde rentre à l’intérieur, de lancer un programme de vaccination incluant une dose de rappel pour les populations prioritaires.»

À l’heure actuelle, la santé publique québécoise limite l’administration de la dose de rappel chez les personnes de 70 ans et plus. 

De son côté, l’Ontario a annoncé cette semaine qu’elle étendrait aux 50 ans et plus le groupe d’âge admis, et ce, dès le 13 décembre.

À voir aussi 

Tous les vaccins et médicaments contre la COVID-19

s