«Je dors, je mange, je respire et je pense à mon fils»: des citoyens marchent en l’honneur de Jannai Dopwell-Bailey | 24 heures
/bref

«Je dors, je mange, je respire et je pense à mon fils»: des citoyens marchent en l’honneur de Jannai Dopwell-Bailey

Image principale de l'article Une marche en l’honneur de Jannai Dopwell-Bailey
Geneviève Abran

Une centaine de personnes ont marché samedi après-midi dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce à Montréal pour rendre hommage à Jannai Dopwell-Bailey, cet adolescent de 16 ans mort en octobre à la suite d’une bagarre après l’école.

• À lire aussi: Violence par armes à feu: ces 6 solutions pourraient être mises en place à Montréal

• À lire aussi: La violence continue à Montréal: un jeune de 20 ans tué à Anjou, 32e meurtre de l’année

«J’ai envoyé mon fils à l’école et il n’est jamais revenu», a déclaré, consternée, la mère de Jannai, Chaila Dopwell-Bailey. Le 18 octobre dernier, il a été poignardé au haut du corps lors d’une bataille à la sortie des classes, au coin de l'avenue Van Horne et de la rue Victoria.

Les participants à la marche se sont réunis devant Programme Mile-End, une école alternative que l’adolescent fréquentait.

«Je dors, je mange, je respire et je pense à mon fils», a lancé Mme Dopwell-Bailey, qui tentait de contenir sa tristesse. Malgré l’émotion, elle est restée très calme en s’adressant à la foule réunie en l’honneur de son fils.

Chaila Dopwell-Bailey, la mère de Jannai Dopwell-Bailey

Geneviève Abran

Chaila Dopwell-Bailey, la mère de Jannai Dopwell-Bailey

Plus de soutien pour les jeunes

«Je me sens dépossédé parce que je n’ai pas eu le temps de le voir devenir un jeune adulte», a déploré le frère aîné de Jannai, Tyrese Dopwell-Bailey. Selon lui, son petit frère commençait tout juste à se découvrir et à s’épanouir.

Tyrese a raconté qu’il avait une rivalité fraternelle avec son frère. «On aimait beaucoup rire de l’un et l’autre, mais aussi rire ensemble de nos parents», a-t-il dit, le sourire en coin.

Geneviève Abran

Tyrese espère que plus de programmes seront mis en place pour les jeunes afin qu’ils n’errent plus dans les rues. «C’est tout aussi important que les jeunes reçoivent le bon exemple à la maison», a-t-il ajouté.

«Faites vraiment attention à vos adolescents», a demandé celui qui croit que ça ne serait peut-être pas arrivé si les jeunes qui sont responsables du meurtre de son frère étaient mieux entourés.

La mère de Jannai estime que c’est en implantant des programmes jeunesse que justice sera rendue. Elle espère que c’est ce que fera la mairesse de Montréal Valérie Plante, qui n’était pas présente à la marche.

Montréal, une ville dangereuse?

• À lire aussi: Peut-on vraiment parler d'une explosion de la violence par armes à feu à Montréal? On fait le point

Pour Mme Dopwell-Bailey, qui a immigré à Montréal en 1983 lorsqu’elle était adolescente, la ville n'a jamais été sécuritaire. «C’est pire maintenant et c’est horrible», a-t-elle regretté.

«Je vais faire tout ce que je peux pour qu’aucune mère n’ait à pleurer parce que son enfant est mort après l’école», a promis la nouvelle mairesse de CDN-NDG Gracia Kasoki Katahwa. Elle a assuré qu’elle contacterait tous les organismes jeunesse du secteur pour s’assurer que les jeunes puissent prendre part à des activités après l’école.

Geneviève Abran

Un suspect toujours recherché

Ce 25e homicide à survenir dans la métropole depuis le début de l’année a secoué la communauté montréalaise. Deux autres adolescents ont été tués en 2021, soit Thomas Trudel en novembre et Meriem Boundaoui en février.

Geneviève Abran

Jusqu’à présent, deux personnes ont été arrêté. Andrei Donet, 18 ans, fait face à plusieurs chefs d’accusation, dont celui de meurtre au deuxième degré. Un mineur a aussi comparu devant la Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec pour des chefs d’accusation de complot et de meurtre au deuxième degré en lien avec cet homicide. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) tente toujours d’identifier un troisième individu soupçonné d’être impliqué dans l’affaire.