Le marché du seconde main explose: «Il y a une histoire derrière chaque morceau» | 24 heures
/environment

Le marché du seconde main explose: «Il y a une histoire derrière chaque morceau»

La mannequin et artiste multidisciplinaire Della Orrey sur la couverture de notre plus récent numéro.
Photo Lydia Mailloux

La mannequin et artiste multidisciplinaire Della Orrey sur la couverture de notre plus récent numéro.

La veste de sa grand-mère, un jeans Levi’s vintage, un col roulé trouvé dans une friperie de Toronto: sur la une du magazine de cette semaine, la mannequin et artiste multidisciplinaire Della Orrey est habillée de pièces de seconde main de la tête aux pieds.

«Dès que j’ai entendu parler du dossier [du 24 heures] et de l’intention derrière, j’étais tellement heureuse parce que ça rejoint mes valeurs personnelles», lance-t-elle en entrevue. 

• À lire aussi: Le marché des vêtements usagés pourrait bientôt dépasser celui de la fast fashion

• À lire aussi: Votre t-shirt a probablement parcouru 20 000 km pour se rendre à vous

Environ 70% de la garde-robe de Della Orrey est composée de vêtements usagés. 

«J’adore magasiner en friperie et découvrir de nouvelles pièces. Il y a une histoire derrière chaque morceau», dit-elle. 

Sa garde-robe est également garnie de pièces héritées de sa grand-mère. 

«Elle est décédée en 2019, confie-t-elle. J’ai grandi en admirant son style iconique et maintenant je réinterprète certaines pièces intemporelles à ma façon.» 

Une question de valeurs    

Pour elle, magasiner en friperie est un plaisir créatif autant qu’un refus de participer aux impacts dévastateurs de la fast fashion

«Les déchets générés par la fast fashion sont vraiment mauvais. Les vêtements ne se dégradent pas et sont juste abandonnés dans des pays du tiers monde», déplore Della. 

• À lire aussi: Voici ce que H&M fait réellement de vos vêtements usagés

• À lire aussi: Vendre des vêtements usagés en empruntant les codes de la fast fashion

Les consommateurs peuvent faire une différence en prenant conscience de leur poids, croit-elle. 

«C’est comme ça que le marché change. Tout est une question d’argent. Je crois que si je dépense mon argent dans une friperie ou une compagnie qui a de bonnes valeurs, ça instigue un changement», explique-t-elle.  

Arrivée à Montréal en mai, la femme de 30 ans est une globe-trotteuse qui a habité dans différentes villes du monde. 

«Les gens ont un style vintage incroyable dans la communauté créative de Montréal.» 

Elle a hâte de découvrir les friperies et boutiques vintage de la métropole. 

s