Pourquoi le Dr Arruda nous déconseille-t-il de fêter avec des non-vaccinés? | 24 heures
/bref

Pourquoi le Dr Arruda nous déconseille-t-il de fêter avec des non-vaccinés?

Image principale de l'article Pourquoi éviter les partys avec des non-vaccinés?
sebra - stock.adobe.com
  •   Le Dr Horacio Arruda a spécifié que les rassemblements des Fêtes ne doivent comporter que des personnes vaccinées.   


  •  C’est surtout pour protéger les personnes qui ne sont pas immunisées, a-t-il précisé.   


  • C’est aussi pour protéger les personnes plus vulnérables, comme les aînés ou les personnes immunosupprimées.   


Les partys de Noël privés pourront réunir 20 personnes vaccinées contre la COVID-19. En conférence de presse, mardi, le Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique, a insisté sur ce dernier détail: il ne faut célébrer qu'en compagnie de personnes vaccinées. Pourquoi? On vous explique.

• À lire aussi: Quels risques? Quelles précautions? Voici comment gérer les partys des Fêtes avec des non-vaccinés

• À lire aussi: Les partys de Noël de 20 personnes vaccinées permis dès le 23 décembre

Ce que recommande le Dr Arruda   

Lors de l’annonce de cet assouplissement des Fêtes, le Dr Arruda nous a fortement déconseillé d’inviter au réveillon des personnes qui n’ont pas reçu leurs deux doses de vaccin. 

s

«Essayez de vous voir entre vaccinés», a-t-il dit, avant d’ajouter qu’il valait mieux «ne pas faire de party de vaccinés avec des non-vaccinés».  

Mais pourquoi devrions-nous décider de ne pas voir certains de nos proches qui ne sont pas vaccinés?  

Pour les protéger, eux, a insisté le Dr Arruda. «Je vais être très franc et honnête. C’est pour protéger la personne non vaccinée et non pas l’exclure», a-t-il dit. 

• À lire aussi: Plus contagieux et résistant aux vaccins? Ce qu’il faut savoir sur Omicron, le nouveau variant détecté en Afrique du Sud

Il faut savoir qu’une personne non vaccinée peut plus facilement attraper et transmettre la COVID-19, explique Benoit Barbeau, professeur au Département des sciences biologiques de l’UQAM.

Ainsi, si le virus circule autour de la table de Noël, une personne non vaccinée serait plus à risque de contracter la COVID-19 et de développer des symptômes graves. 

Il faut aussi penser à nos proches vulnérables  

Ce n’est pas tout. La réponse immunitaire au vaccin diminue avec le temps, notamment chez les personnes qui sont plus vulnérables au virus. Aussi les risques qu’elles l’attrapent et développent des complications sont-ils plus élevés.

• À lire aussi: 60 ans et plus, travailleurs de la santé: voici qui pourra recevoir une 3e dose au Québec

Heureusement, la troisième dose de vaccin contre la COVID-19 offerte aux personnes de 70 ans et plus depuis la fin novembre et la vaccination des 5-11 ans «peuvent certainement aider» en donnant aux plus vulnérables une protection accrue, souligne Benoit Barbeau.