Un nouveau sommet d’inégalité: 2750 milliardaires contrôlent 3,5% de la richesse mondiale | 24 heures
/portemonnaie

Un nouveau sommet d’inégalité: 2750 milliardaires contrôlent 3,5% de la richesse mondiale

Image principale de l'article 2750 milliardaires contrôlent 3,5% de la richesse
Photo AFP

La part de la richesse mondiale détenue par les milliardaires a atteint un niveau record pendant la pandémie: 2750 milliardaires possèdent maintenant 3,5% de toute la richesse dans le monde, alors que les personnes faisant partie des 50% les plus pauvres se partagent un maigre 2%. C’est ce que révèle le rapport 2022 du Laboratoire sur les inégalités mondiales.  

Ce rapport est l’aboutissement d’un travail de quatre ans mené par un groupe d’économistes dont faisaient partie les spécialistes des inégalités économiques Thomas Piketty et Emmanuel Saez. L’objectif était de dresser un portrait des inégalités mondiales en s’appuyant sur les travaux d’une centaine de chercheurs du monde entier.

• À lire aussi: Les Émirats arabes unis, premier pays à introduire officiellement la semaine de 4,5 jours

Le rapport est clair: le fossé des inégalités s’est particulièrement creusé pendant la pandémie, période au cours de laquelle les investissements en Bourse des très riches ont explosé, notamment dans le domaine des technologies. Au même moment, les habitants les plus pauvres des pays en voie de développement, durement frappés par la crise, se sont appauvris encore davantage. 

Résultat: les milliardaires ont accumulé 3600 milliards d’euros (5130 milliards canadiens) pendant la crise – un record −, alors qu’en parallèle, «quelque 100 millions de personnes sont tombées dans l’extrême pauvreté», rapporte l’auteur principal du rapport, Lucas Chancel. 

• À lire aussi: La pandémie a exténué les travailleurs au pays

«Le monde est marqué par un niveau très élevé d’inégalité des revenus et un niveau extrême des inégalités des richesses», écrit-il également. En fait, l’écart est tel que les auteurs indiquent que les inégalités mondiales ont atteint le même niveau qu’à l’apogée du colonialisme occidental des années 1800.  

Les 10 premières fortunes du monde, toutes américaines sauf une, dépassent toutes les 100 milliards $. La fortune d’Elon Musk, le patron de Space X et de Tesla et l’homme le plus riche du monde, est évaluée à 277 milliards $ actuellement, selon le site Forbes. Jeff Bezos arrive deuxième avec une fortune évaluée à 202 milliards $. 

Photo AFP

De grands écarts entre régions 

Bien que le document révèle que les inégalités entre nations ont diminué dans les dernières décennies, il précise qu’elles ont grandement augmenté au sein même de la population des pays. En effet, certains d'entre eux – comme les États-Unis, la Russie et l’Inde – ont connu des «augmentations spectaculaires» des inégalités. 

L’Amérique latine et le Moyen-Orient sont les régions les plus inégalitaires du monde, avec plus de 55% de la richesse détenue par les 10% les plus riches. L’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud-Est suivent de près, avec plus de 50% de la richesse détenue par le même pourcentage d’ultrariches. L’Europe est le continent le plus égalitaire, où les 10% les plus riches détiennent «seulement» 36% de la richesse. 

Un choix politique 

En conclusion du rapport, les auteurs indiquent que ces inégalités «ne sont pas une fatalité», et qu’elles sont plutôt le fruit de choix politiques. Ils proposent donc aux États plusieurs solutions: une modernisation de l’impôt pour qu'il inclue toutes les formes d’actifs, l’instauration d’une taxe progressive, spécifique aux fortunes de plus de 1 million $, ainsi qu’une exit tax de plusieurs années pour les contribuables qui décident de déménager pour des raisons fiscales. 

Ils évoquent également la création d’un registre financier international, responsabilité de l’ONU ou de l’OCDE, par exemple, qui permettrait aux autorités fiscales de «vérifier que les actifs des contribuables soient correctement déclarés, indépendamment de ce que les institutions financières des paradis fiscaux veulent communiquer».

- Avec les informations de l'AFP et de Blommberg