Cette créatrice de mode redonne vie à des tissus usés et tachés pour en faire des vêtements | 24 heures
/environment

Cette créatrice de mode redonne vie à des tissus usés et tachés pour en faire des vêtements

s

Roselyn McCormick donne une deuxième vie aux vieux draps et à la literie tachée qui dorment généralement au fond des friperies en les transformant en vêtements 100% faits à la main.

«C’est ça que je trouve intéressant, de vraiment venir prendre quelque chose qui est un déchet pour quelqu’un et, pour moi, c’est un trésor», lance la créatrice de mode qui, depuis février, se consacre entièrement à sa compagnie, Roselyn Clothing. 

• À lire aussi: Votre t-shirt à 7$ a été fait en Chine... et en Inde et au Bangladesh

• À lire aussi: Le marché des vêtements usagés pourrait bientôt dépasser celui de la fast fashion

Virée au Renaissance  

On a accompagné Roselyn lors d’une de ses virées dans une friperie Renaissance, à Brossard. En zigzaguant entre les rangées, elle nous explique comment elle choisit les tissus qu’elle transformera en vêtements. 

Il est d’ailleurs de plus en plus difficile de trouver les perles rares, soutient-elle. 

«Il y a de plus en plus de fast fashion qui est consommée, il y a de plus en plus de fast fashion qui est redonnée aussi dans les friperies. Donc, le tri est de plus en plus difficile pour moi, de vraiment venir choisir des tissus de bonne qualité», explique-t-elle.  

• À lire aussi: Voici ce que H&M fait réellement de vos vêtements usagés

Être le plus écoresponsable possible   

Dans son travail, la créatrice de 20 ans tient d’abord et avant tout à être le plus écoresponsable possible. Elle affirme d’ailleurs que sa compagnie est presque zéro déchet. 

«C'est important, pour moi, de joindre ma passion, qui est la couture, à mes valeurs environnementales», insiste-t-elle. 

Lorsqu’elle achète une pièce en friperie, elle tente donc de l’utiliser au maximum, pour ne pas gaspiller de tissu. Elle achète aussi des tissus à d’autres compagnies de mode ou designers qui, par exemple, jettent leurs retailles après avoir conçu une collection de vêtements. 

• À lire aussi: Le marché du seconde main explose: «Il y a une histoire derrière chaque morceau»

• À lire aussi: Vendre des vêtements usagés en empruntant les codes de la fast fashion

Profiter de TikTok  

Sa passion pour la mode écoresponsable, elle la transmet à travers ses réseaux sociaux.  

Sur TikTok, Roselyn est suivie par 18 000 personnes à qui elle présente des looks, mais aussi des moments de son quotidien. Sur Instagram, où elle compte 8000 abonnés, elle publie de l’information sur l’industrie de la mode et ses effets dévastateurs sur l’environnement. 

Pour Roselyn, il faut être conscient de nos choix vestimentaires et savoir comment ils peuvent affecter les personnes qui confectionnent nos vêtements, surtout lorsqu’il s’agit d’un chandail à 5$ provenant d’une boutique de fast fashion

s

s