Ottawa déconseille fortement les voyages non essentiels | 24 heures
/bref

Ottawa déconseille fortement les voyages non essentiels

Image principale de l'article «Ce n’est pas le moment de voyager» dit Ottawa
Photo d'archives, Agence QMI

Face à la montée du variant Omicron, Ottawa recommande fortement aux Canadiens de ne pas voyager à l’étranger moins qu’il s’agisse d’un déplacement essentiel.

• À lire aussi: Voici le guide ultime pour éviter la confusion (et les problèmes) avant, pendant et après votre prochain voyage

• À lire aussi: Les vaccinés représentent 50% des nouveaux cas: le vaccin toujours efficace?

• À lire aussi: Voici ce qu’on sait sur les vaccins et leur efficacité contre le variant Omicron

Deux nouvelles mesures 

«Aux gens qui planifient voyager, je dis très clairement: ce n’est pas le moment de voyager», a averti le ministre de la Santé Jean-Yves Duclos lors d’un point de presse mercredi.

Un avis officiel sera affiché «très prochainement» sur le portail du gouvernement. La politique sera mise en place pour une durée minimale de quatre semaines, puis révisée par la suite.

«Que cela nous plaise ou non, nous devons nous adapter à cette nouvelle réalité. Nous devons nous serrer les coudes et faire tout en notre pouvoir pour protéger notre système de santé et nos travailleurs de première ligne», a-t-il déclaré.

s

M. Duclos a affirmé que le gouvernement continuerait d’augmenter les capacités de dépistage et d’envoyer des millions de test de dépistage rapide aux provinces, qui sont vues comme un outil indispensable pour traverser les Fêtes.

«Ces mesures peuvent paraître draconiennes pour plusieurs qui nous écoutent, mais nous devons à tout prix éviter de surcharger davantage notre système hospitalier et nos travailleurs de la santé», a ajouté M. Duclos.

Ces deux mesures entrent en vigueur pour au moins quatre semaines.

Des Canadiens coincés à l'étranger  

S’appuyant sur les modélisations de la santé publique et sur les données mondiales, le ministre Duclos juge que la progression du variant Omicron fait «craindre le pire».

«On s'inquiète beaucoup de ce qui pourrait arriver aux Canadiens s'ils voyagent à l'étranger. Le variant Omicron se déploie très rapidement et notre inquiétude c'est que des Canadiens soient coincés à l'étranger en raison des mesures que d'autres pays pourraient mettre en place très rapidement. En plus du risque d'attraper ce variant à l'étranger et si c'est le cas la situation pourrait devenir très compliqué pour ce Canadien à l'extérieur du pays», expliquait-il déjà, mardi.

s

s