Encore plus de déchets plastiques pour Amazon | 24 heures
/environment

Encore plus de déchets plastiques pour Amazon

En 2020, la quantité de déchets plastiques générée par Amazon a augmenté d'un tiers par rapport à l’année précédente, selon l'estimation d'Oceana.
AFP

En 2020, la quantité de déchets plastiques générée par Amazon a augmenté d'un tiers par rapport à l’année précédente, selon l'estimation d'Oceana.

  •  Les déchets plastiques produits par Amazon auraient atteint 272 000 de tonnes en 2020.   

  • Il s'agit d'une augmentation de 29% par rapport à 2019 selon l’estimation d’Oceana.   

  • L’entreprise de commerce en ligne a vu ses ventes bondir de 38% en 2020, pour s’établir à 494 milliards de dollars.   

Il n’y a pas que les profits d’Amazon qui ont explosé pendant la pandémie: la quantité de déchets plastiques générée par l’entreprise aussi. En 2020, ils auraient augmenté d'un tiers par rapport à l’année précédente, selon l'estimation d'Oceana.

La nouvelle étude de l’organisation non gouvernementale (ONG) américaine de protection des océans, Oceana, dénonce les «promesses creuses» du géant du commerce en ligne en matière de recyclage et de réduction des déchets d’emballage.

Papier bulle, enveloppes, coussins gonflables: les déchets plastiques produits par Amazon ont atteint 272 000 tonnes l’an dernier. Il s'agit d'une augmentation de 29% par rapport à 2019, prévient Oceana.

De ce nombre, 10 000 tonnes se seraient retrouvées dans la mer et les cours d'eau, «ce qui équivaut à déverser un camion de livraison chargé de plastique dans les océans toutes les 67 minutes», illustre l’ONG. 

• À lire aussi: Nos vêtements rejettent des tonnes de microplastiques dans les cours d'eau

Il serait possible de faire 600 fois le tour de la Terre seulement avec les coussins de plastique gonflables.

L'utilisation abusive de ces «coussins d’air» a par ailleurs été pointée par le journaliste Dominique Cambron-Goulet dans le documentaire L’envers d’Amazon réalisé par le Bureau d’enquête au centre de distribution de Lachine. 

Le journaliste Dominique Cambron-Goulet a travaillé incognito pour Amazon pendant cinq semaines pour les besoins du grand reportage.

Photo Chantal Poirier

Le journaliste Dominique Cambron-Goulet a travaillé incognito pour Amazon pendant cinq semaines pour les besoins du grand reportage.


«On m’a mentionné spécifiquement de ne pas changer le format des boîtes si elles étaient trop grosses pour l’objet, on fait juste ajouter plus de coussins d’air», raconte-t-il. «C’est que chaque format de boîte est prédéterminé selon l’article à emballer, on ne peut pas juste choisir une boîte. Et si on veut la changer, il faut l’entrer dans le système, il y a des étapes supplémentaires.»

Plutôt que de ralentir la chaîne de production, on ajoute donc des coussins d’air.

• À lire aussi: Amazon encourage le suremballage et voici pourquoi

Recyclage difficile 

Oceana a interrogé 1400 clients d'Amazon Prime aux États-Unis et au Royaume-Uni: 91% d’entre eux souhaitent qu'Amazon réduise son utilisation d'emballages en plastique.

Il faut savoir que les emballages d'Amazon entrent dans la catégorie des films plastiques, précise l’ONG. Ce matériau «extrêmement difficile à recycler» n'est pas accepté dans la plupart des programmes municipaux de recyclage des États-Unis, du Royaume-Uni et du Canada.

Amazon rejette les chiffres avancés par l’organisation, stipulant qu’elle aurait surestimé les déchets plastiques de 300%.

L’entreprise de commerce en ligne a vu ses ventes bondir de 38% en 2020, pour s’établir à 494 milliards de dollars.