C'est presque impossible de mettre la main sur des tests de dépistage rapides, même en s'y prenant d'avance | 24 heures
/bref

C'est presque impossible de mettre la main sur des tests de dépistage rapides, même en s'y prenant d'avance

Mauvaise nouvelle pour ceux qui espéraient mettre la main sur des tests rapides lundi avant-midi : les sites des pharmacies sont plantés, les magasins sont en manque de stock, bref, il semble que ça soit presque impossible.

• À lire aussi: Voici ce qu’il faut savoir sur les tests rapides

• À lire aussi: Pourquoi autant de gens ont la COVID tout à coup?

Le gouvernement a annoncé que les Québécois et Québécoises pourraient se procurer jusqu'à 5 tests rapides de dépistage de la COVID-19 à partir de lundi. Avec la montée fulgurante des cas et les rassemblements familiaux qui s'en viennent, la population s'est ruée vers ceux-ci. 

À l'ouverture des pharmacies lundi, plusieurs personnes faisaient déjà la file devant celles-ci. Elles ne savaient pas qu'elles allaient peut-être repartir les mains vides.

Au Uniprix sur la rue Villeray, à Montréal, une trentaine de personnes faisaient la file quelques minutes avant l'ouverture du magasin. Ce n’est qu’une fois rendu au comptoir des prescriptions qu’un employé indiquait que la pharmacie n’a pas encore reçu de boîtes de test rapide. Les noms des gens étaient pris en note pour qu'on nous rappelle lors de la réception.

Photo Alex Proteau, 24 heures

Louis, 74 ans, déplorait l’achalandage observé dans la pharmacie Uniprix. Il considère que ce n'est pas sécuritaire et aurait aimé que les personnes âgées puissent obtenir leurs boîtes de test en premier. «Il y a des gens qui sont craintifs d’aller dans une place où il pourrait y avoir un nid de COVID-19», dit celui qui craignait aussi que les gens symptomatiques se ruent dans les pharmacies plutôt que d'aller dans un centre de dépistage. 

Photo Alex Proteau, 24 heures

Annie, 55 ans, était quand même satisfaite d’être parmi les premières personnes. «Tout le monde avait son masque. [Faire la file] ça fait partie de la game», exprime celle qui veut se procurer une boîte de tests pour visiter sa mère âgée lors du temps des Fêtes.

Un Uniprix du Plateau-Mont-Royal (coin Saint-Denis/Laurier) que nous avons visité à l'ouverture nous a aussi indiqué, après une heure d'attente, ne pas encore avoir reçu la boîte de 108 trousses de cinq tests qu'elle devrait recevoir chaque jour. Sur place, on pouvait s'inscrire sur une liste d'attente pour qu'on nous contacte par texto à l'arrivée des tests. Même si on est arrivés avant l'ouverture, nous avons reçu le numéro 75.

Photo Anne-Sophie Poiré, 24 heures

Encore plus clair au Uniprix de l'avenue Papineau, sur le Plateau : on nous y a donné un coupon permettant de revenir chercher un test mardi à 9h30. 

D'autres pharmacies choisissent de ne fournir des tests qu'aux gens qui ont un dossier d'ouvert chez eux. C'est le cas du Pharmaprix coin Wellington/Gordon, à Verdun. 

Photo Guillaume Cyr, 24 heures

On y a croisé Amanda Calderon, 55 ans, intervenante psychosociale pour le centre d'intervention de crise en suicide Tracom, situé au centre-ouest de Montréal. Pour elle, se procurer un test rapide n'était pas en prévision d'un petit rassemblement de moins de 10 personnes pour le temps des Fêtes, mais bien pour éviter une éclosion à son travail qui est essentiel et doit être fait sur place. «Si quelqu'un a la COVID, le service va en être affecté», laisse-t-elle tomber. Aussi, ce n'est pas toute sa clientèle qui est vaccinée.

Après une dizaine de minutes d'attente, elle est cependant rentrée bredouille chez elle, vu qu'elle n'a pas de dossier d'ouvert sur place. 

Certaines pharmacies annonçaient clairement sur leur devanture ne pas encore avoir reçu de tests : c'était le cas de ce Jean Coutu de la rue Wellington, à Verdun.

Photo Guillaume Cyr, 24 heures

Les files nuisaient aussi aux activités régulières de la pharmacie, comme la cueillette de prescriptions ou les achats de biens divers, surtout avec la capacité d'accueil réduite à 50%. 

Rendez-vous en ligne  

Certaines pharmacies fonctionnent par rendez-vous en ligne pour la distribution. En matinée lundi, les sites de Jean Coutu, Brunet, Familiprix, Proxim et Uniprix affichaient sporadiquement des messages d'erreurs. 

Ceux qui réussissaient à s'inscrire se butaient parfois à des délais d'attente de plusieurs heures juste pour obtenir un rendez-vous. 

Capture d'écran Jean Coutu

- Avec les informations de Guillaume Cyr, Anne-Sophie Poiré, Alex Proteau et TVA Nouvelles

À VOIR AUSSI

s