Ménage compulsif: comment #CleanTok peut affecter votre santé mentale et physique | 24 heures
/panorama

Ménage compulsif: comment #CleanTok peut affecter votre santé mentale et physique

Image principale de l'article Les effets néfastes de #CleanTok
Photomontage : Marilyne Houde

Sur TikTok, des gens publient des vidéos d’eux en train de nettoyer leur maison – souvent en utilisant une quantité hallucinante de produits ménagers – avec le mot-clic #CleanTok, qui cumule pas moins de 27 milliards de visionnements. C’est satisfaisant à regarder, mais attention: visionner sans cesse ce contenu peut affecter votre santé mentale et physique. 

• À lire aussi: YouTube: voici les 10 vidéos les plus regardées au Canada en 2021

Avant de vous acheter un paquet de Scrub Daddy (ces sympathiques éponges en forme de bonshommes souriants ultrapopulaires sur CleanTok) et de récurer votre logement de fond en comble pour accueillir votre (petite) visite des Fêtes, prenez le temps de lire ce qui suit.  

Des effets insidieux sur la santé mentale  

Au départ, regarder des vidéos sur CleanTok peut nous apprendre des trucs pratiques (qui savait qu’on peut démonter et nettoyer son agitateur de laveuse? Pas nous!) et nous donner de la motivation. 

@shannonstarrpankey If your washer smells like wet a$$, this is why. #washer #cleantok #ewwww ♬ original sound - Shannon Starr Pankey

Mais, à cause des algorithmes qui nous montrent les mêmes types de vidéos sans cesse, la motivation peut insidieusement laisser place à la comparaison sociale, voire à la culpabilisation, note la psychologue Geneviève Beaulieu-Pelletier. 

«Le fait d’être constamment là-dedans, ça ne nous permet pas de nous en dégager, explique-t-elle. Être exposé à répétition à une vision idéalisée nous ramène constamment au fait qu’on laisse peut-être le ménage un peu de côté, que ce soit délibérément ou parce qu’on n’a pas le temps.» 

Geneviève Beaulieu-Pelletier, psychologue

Photo Caroline Clouâtre, courtoisie

Geneviève Beaulieu-Pelletier, psychologue

La pandémie y est aussi pour quelque chose. Le fait qu’on a passé beaucoup plus de temps chez soi, ça nous a permis de scruter chaque racoin de notre maison, mais aussi de consulter plus souvent les réseaux sociaux. On a donc eu un accès privilégié à l’intérieur des maisons des autres, un terreau fertile pour la comparaison. 

Même si tout semble parfait dans une vidéo, il ne faut cependant pas oublier que ce que montre le créateur n’est pas nécessairement représentatif de la réalité, rappelle la Dre Beaulieu-Pelletier. «On a accès à une vision un peu biaisée de cette réalité. Et quand on regarde ces vidéos, on n’en est pas nécessairement conscient.» 

Il y a donc lieu de se questionner sur les émotions que l’on ressent lorsque l’on consomme ce type de contenu, suggère la psychologue. Dès lors que la réponse à la question est négative, c’est un indice qu’il est temps de se désabonner de ces comptes, voire de se déconnecter des réseaux sociaux pour quelques jours quand la comparaison sociale devient trop présente. 

• À lire aussi: Quelles sont les applications mobiles les moins respectueuses de la vie privée?

Les mélanges de produits, c’est pas une bonne idée  

Parmi les astuces offertes par les créateurs de #CleanTok, on trouve de nombreux mélanges de produits. On n'a qu’à penser au laundry stripping – ou «décapage de linge» –, qui consiste à remplir un bain d’eau chaude et à y ajouter un mélange de borax, de bicarbonate de soude et de détergent à lessive pour «décaper» toute la saleté des tissus.  

@ericagrem stripping my dads sweaty hats 🤮 best thing I’ve done in a while #cleaning #laundrystriping #cleaningtiktok #fyp ♬ original sound - Erica Gremminger

Après quelques heures de trempage, la couleur de l’eau devient d’un brun opaque peu invitant, mais oh combien satisfaisant, sachant que toute cette saleté n’est plus emprisonnée dans les tissus. 

Or, cette pratique – comme tous les autres mélanges de produits – peut s’avérer très dangereuse pour la santé (ou les objets qu’on nettoie), souligne Michel Alsayegh, président de l’Ordre des chimistes du Québec.

«L’interaction de certains atomes avec d’autres peut créer des réactions chimiques qui peuvent relâcher des gaz potentiellement nocifs ou même être exothermiques, c’est-à-dire créer de la chaleur, ce qui peut mener à une explosion», prévient-il. 

• À lire aussi: Voici 13 personnes dont on ignorait l'existence avant 2021

Pour illustrer cela, il utilise l’exemple d’une réaction chimique bien connue: celle qui est créée par le mélange de bicarbonate de soude et de vinaigre. Ces deux produits que l’on trouve sur les tablettes de tous les Québécois ne sont pas nocifs chacun de son côté. Mais lorsqu’on les combine, du gaz carbonique s'en dégage, ce qui donne l’effet de volcan.  

Et c’est la même chose avec les produits ménagers, mais avec comme conséquences potentielles d’annuler les effets du produit nettoyant ou encore de créer des émanations nocives pour la santé. 

Michel Alsayegh, président de l'Ordre des chimistes du Québec

Photo courtoisie

Michel Alsayegh, président de l'Ordre des chimistes du Québec

La liste des produits à ne pas mélanger est donc «très, très, très longue», affirme Michel Alsayegh. Ne s’improvise pas chimiste qui veut; ainsi, mieux vaut éviter de faire des potions magiques avec des produits ménagers. 

Le chimiste conseille aussi de porter des gants quand on utilise des produits ménagers et, surtout, de suivre les indications sur les étiquettes pour éviter tout problème. 

• À lire aussi: 5 conseils de la tiktokeuse Annie Archambault pour aider directement les personnes en situation d’itinérance

Impact environnemental  

Pour finir, il y a aussi un impact environnemental.  

Plusieurs études ont confirmé que les produits d’entretien ménager avaient des effets néfastes sur l’environnement. Quand on voit utiliser des tas de produits chimiques sur des surfaces qui semblent déjà plutôt propres, il y a de quoi se demander si c’est vraiment utile, ou si c’est carrément du gaspillage.  

Comme il faut quand même utiliser des produits de temps en temps, le réflexe est de se tourner vers des produits qui semblent écologiques. Mais sont-ils réellement verts? 

Si une étiquette avec la mention «écologique» ou «biodégradable» ne garantit pas l’absence totale de produits chimiques néfastes, on est cependant assuré qu’ils sont moins nocifs pour l’environnement, confirme Michel Alsayegh. 

«Ça veut dire que la dégradation de ce produit ne restera pas trop longtemps dans le milieu environnemental, et qu’une fois relâché, il ne contient pas une quantité de phosphore ou d’azote trop élevée», explique le chimiste. 

C’est donc dire que de privilégier ces produits est bel et bien bénéfique pour l’environnement. 

Mais la première question à se poser est probablement la suivante: est-ce que le ménage est vraiment dû, sinon pourquoi est-ce que j’ai envie d’en faire?

À VOIR AUSSI

s