Alors que Québec y pense, la vaccination sera bientôt obligatoire en Autriche | 24 heures
/bref

Alors que Québec y pense, la vaccination sera bientôt obligatoire en Autriche

Image principale de l'article La vaccination bientôt obligatoire en Autriche
AFP

Bien que ce ne soit pas dans les plans pour le moment, le gouvernement de François Legault n’exclut pas de rendre obligatoire la vaccination des récalcitrants. De l'autre côté de l'Atlantique, en Autriche, la vaccination sera bientôt obligatoire. Voici ce que prévoit la loi autrichienne, qui suscite la grogne des opposants à la vaccination.

• À lire aussi: Des passeports sanitaires implantés sous la peau

• À lire aussi: Ces trois pays vont offrir une 4e dose de vaccin à leur population

• À lire aussi: Les partys à 10 tolérés jusqu’au 26 décembre, de nouvelles restrictions annoncées

L’Autriche, la pionnière  

Face à un taux de vaccination relativement faible – un peu plus des deux tiers de la population –, le gouvernement de Karl Nehammer a décidé en novembre dernier de rendre la vaccination contre la COVID-19 obligatoire pour l’ensemble des Autrichiens de 14 ans et plus, sauf exception. 

Newly appointed Austria's Chancellor Karl Nehammer gives a press statement during a handover ceremony at the Chancellery in Vienna, Austria on December 6, 2021. - Austria's Interior Minister Karl Nehammer is due to be sworn in as the country's third chancellor in as many months on December 6, capping a turbluent few days in the country's politics. (Photo by GEORG HOCHMUTH / APA / AFP) / Austria OUT

AFP

Newly appointed Austria's Chancellor Karl Nehammer gives a press statement during a handover ceremony at the Chancellery in Vienna, Austria on December 6, 2021. - Austria's Interior Minister Karl Nehammer is due to be sworn in as the country's third chancellor in as many months on December 6, capping a turbluent few days in the country's politics. (Photo by GEORG HOCHMUTH / APA / AFP) / Austria OUT

De ce fait, l’Autriche est devenue le premier pays de l’Union européenne à instaurer une telle mesure, qui ne fait pas l’unanimité. 

Des amendes salées  

Ce qu'il faut savoir, d'abord, c'est que personne ne sera vacciné de force. Le projet de loi adopté plus tôt ce mois-ci prévoit plutôt des amendes salées pour les Autrichiens qui refuseraient de se faire vacciner, et ce, dès février. 

Les récalcitrants recevront d'abord une sanction de 600 euros (870$). Si elle n’est pas payée, celle-ci pourrait monter jusqu’à 3600 (5220$), selon le Luzerner Zeitung

Des Autrichiens manifestant contre les mesures gouvernementales prises pour limiter la propagation de la COVID-19 dans leur pays, le 11 décembre dernier. «Non à la vaccination obligatoire», peut-on lire sur l'affiche.

AFP

Des Autrichiens manifestant contre les mesures gouvernementales prises pour limiter la propagation de la COVID-19 dans leur pays, le 11 décembre dernier. «Non à la vaccination obligatoire», peut-on lire sur l'affiche.

Le mois dernier, Vienne avait décrété un confinement pour l’ensemble de sa population. Ce confinement a pris fin dernièrement... sauf pour les non-vaccinés, qui ne peuvent toujours pas accéder aux commerces non essentiels, comme les bars et les restaurants. 

L’Autriche en chiffres — en date du 23 décembre 2021   

  • Population: 8,9 millions  
  • Nombre de cas confirmés depuis le début de la pandémie: 1,25 million  
  • Nombre de morts depuis le début de la pandémie: 13 595  
  • Au moins une dose administrée: 6,58 millions (73,7%)  
  • Deux doses administrées: 6,26 millions (70,1%)  
  • Trois doses administrées (booster shot): 3,49 millions (38,2%)   

Sources: Ministère de la Santé d’Autriche et Our World Data

En Allemagne  

L'Autriche n'est pas le seul pays où l'on discute de vaccination obligatoire. En Allemagne, dans les dernières semaines, les parlementaires ont adopté un projet de loi pour rendre la vaccination obligatoire. Toutefois, contrairement à l’Autriche, cela ne viserait que le personnel du réseau de la santé. 

AFP

Dès février, tous ceux qui travaillent dans les hôpitaux, les maisons de retraite et les maisons de soins devront être vaccinés ou guéris de la COVID-19. 

Les personnels des établissements accueillant des personnes handicapées, des cliniques de jour, des cabinets médicaux et des services de secours, ainsi que les centres socio-éducatifs, sont eux aussi visés par le projet de loi. 

Un ultimatum  

Dans tous les cas, ils auront jusqu’au 15 mars 2022 pour prouver qu’ils sont adéquatement vaccinés. Sans preuve vaccinale, ils ne pourront plus travailler. 

Le gouvernement d’Olaf Scholz envisage aussi d’aller plus loin et d’emboîter le pas à l’Autriche. Il compte demander au Reichstag de se prononcer d’ici la fin de l’année sur l’obligation vaccinale pour tous les adultes. Si les parlementaires adoptent une telle mesure, elle pourrait entrer en vigueur en février ou en mars.

AFP

Ce mercredi, le ministre allemand de la Santé, Karl Lauterbach, a confirmé qu’une quatrième dose de vaccin serait nécessaire. Il a affirmé que cette quatrième dose serait la «pierre angulaire [de] la lutte contre le variant Omicron». 

L’Allemagne en chiffres — en date du 23 décembre 2021  

  • Population: 83,2 millions  
  • Nombre d’infectés depuis le début de la pandémie: 6,92 millions  
  • Nombre de morts depuis le début de la pandémie: 109 749  
  • Au moins une dose administrée: 61,3 millions (73,7%)  
  • Deux doses administrées: 58,8 millions (70,7%)  
  • Trois doses administrées (booster shot): 29,1 millions (35%)   

Sources: Ministère de la Santé d’Allemagne, Institut Robert Koch

– Avec l'AFP