Le réalisateur Jean-Marc Vallée est mort à l’âge de 58 ans | 24 heures
/bref

Le réalisateur Jean-Marc Vallée est mort à l’âge de 58 ans

Image principale de l'article Le réalisateur Jean-Marc Vallée est mort
Photo d’archives, Agence QMI

Le réalisateur québécois Jean-Marc Vallée, à qui on doit les films C.R.A.Z.Y. et Dallas Buyers Club, est mort à l’âge de 58 ans, ont rapporté des médias américains, tard dimanche soir.

• À lire aussi: Vague d’hommages pour Jean-Marc Vallée

Le réalisateur se trouvait seul dans une résidence secondaire au moment de son décès et aurait succombé à un arrêt cardiorespiratoire. Il a été retrouvé sans vie par des amis dans une résidence de Berthier-sur-Mer, en Chaudière-Appalaches, a appris TVA Nouvelles.

s

«On ne sait pas encore exactement ce qui s’est passé, mais ce serait une mort naturelle. [...] On va en savoir plus dans les prochains jours», a indiqué son ex-conjointe Chantal Cadieux, en entrevue lundi matin sur LCN.

Jean-Marc Vallée a notamment marqué l’industrie cinématographique grâce à ses œuvres C.R.A.Z.Y., en 2005, et Dallas Buyers Club, en 2013.

Photo AFP

Né à Montréal en 1963, il a étudié le cinéma à l’Université de Montréal (UdeM). Après avoir réalisé plusieurs courts métrages, il attire l’œil des producteurs américains avec Liste noire, en 1995. Il s’installe à Los Angeles et réalise entre autres le western Los Locos et le film à suspense érotique Loser Love.

Photo d'archives

Ce n’est que 10 ans plus tard, avec le long métrage C.R.A.Z.Y., que son nom se fait connaître. Le film raconte les difficultés d’un adolescent homosexuel (interprété par Marc‐André Grondin) et sa relation tumultueuse avec son père (Michel Côté). Le film, qui se déroule au Québec durant la Révolution tranquille, propulse le réalisateur sur la scène internationale et gagne de nombreux prix, notamment 10 prix Génie et 13 prix Jutra.

Après avoir séduit les cinéphiles québécois et ceux du monde entier, le réalisateur est embauché par Martin Scorsese, et il prouve grâce à Victoria: Les Jeunes Années d'une reine, qu’il peut prendre en charge de grandes productions hollywoodiennes. Le long métrage remporte une douzaine de prix, dont un Oscar dans la catégorie de la meilleure création de costumes.

En 2011, Jean-Marc Vallée réalise le drame Café de Flore et choisit l’actrice française Vanessa Paradis pour incarner le rôle principal. Ce projet plus personnel n’est pas une réussite commerciale, mais il est plutôt bien accueilli par la critique.

Son plus grand succès est sans aucun doute Dallas Buyers Club, sorti en 2013.

Le film raconte l’histoire de Ron Woodroof, un Texan qui contracte le SIDA après avoir eu des rapports non protégés avec des toxicomanes. Il se lance alors dans un trafic de médicaments pharmaceutiques et les distribue à d’autres patients atteints du SIDA via le Dallas Buyers Club.

Jared Leto et Matthew McConaughey dans le film Dallas Buyers Club.

Photo courtoisie

Jared Leto et Matthew McConaughey dans le film Dallas Buyers Club.

L’œuvre reçoit six nominations aux Oscars et rafle trois statuettes: meilleur acteur pour Matthew McConaughey, meilleur acteur dans un second rôle pour Jared Leto et meilleurs maquillages et coiffures pour Adruitha Lee et Robin Mathews.

Un an seulement après la sortie de Dallas Buyers Club, M. Vallée réalise le long métrage Wild, une adaptation du récit autobiographique de l’Américaine Cheryl Strayed. L’actrice Reese Witherspoon y interprète l’écrivaine qui, après des années de toxicomanie et de traumatismes, se lance sur les 1700 km du Pacific Crest Trail, dans une quête identitaire. 

Après la sortie de Demolition en 2015, le réalisateur délaisse le grand écran et cocrée la première saison de la série télévisée Big Little Lies en 2017. Puis, il réalise un an plus tard Sharp Objects. Toutes deux sont diffusées sur la plateforme HBO.

Jean-Marc Vallée a déclaré en 2016 au Globe and Mail: «En fait, il ne s’agit pas de télévision, il s’agit juste d’un film dont il se trouve qu’il dure 7 h. On parle ici de filmer successivement les épisodes un, deux et trois comme des longs métrages, de faire une pause d’une dizaine de jours, puis de recommencer avec les épisodes quatre, cinq et six... C’est un véritable marathon, mais du point de vue de la créativité, le travail est identique à celui du cinéma.»

Au total, Big Little Lies a remporté huit prix Emmy, dont celui de la meilleure réalisation pour une minisérie et celui de la meilleure minisérie.

De nombreuses personnalités ont rendu hommage au réalisateur:         

Sur Twitter, le premier ministre François Legault a souligné l'«extrême gentillesse» du réalisateur, offrant ses «condoléances à tous les proches de cet artiste exceptionnel». 

D'autres messages tirés des réseaux sociaux: