Près de 215 000 nouveaux cas de COVID-19 en 24 h aux États-Unis | 24 heures
/bref

Près de 215 000 nouveaux cas de COVID-19 en 24 h aux États-Unis

Plusieurs États comme le Delaware, Hawaï, le Massachusetts, le New Jersey et New York, ainsi que le territoire américain de Porto Rico, ont connu une hausse jamais vue sur une période de sept jours.
AFP

Plusieurs États comme le Delaware, Hawaï, le Massachusetts, le New Jersey et New York, ainsi que le territoire américain de Porto Rico, ont connu une hausse jamais vue sur une période de sept jours.

Les nouveaux cas de COVID-19 sont en forte hausse aux États-Unis, en raison notamment du variant Omicron qui poursuit sa progression.

«Nous sommes clairement sur une poussée à la verticale en ce moment», a expliqué sur la radio publique NPR Anthony Fauci, principal conseiller de la Maison-Blanche dans la lutte contre la pandémie, commentant les données compilées par le New York Times.

• À lire aussi: Les vaccins sont-ils (toujours) efficaces?

214 499 nouvelles infections  

Le pays a enregistré 214 499 nouveaux cas dimanche, soit un bond de 83% sur une moyenne de 14 jours, tandis qu'on se rapproche du record quotidien de 251 232 cas positifs atteint en janvier 2021.

Le nombre moyen quotidien de décès a également augmenté légèrement en 14 jours (+3%) avec 1328 morts.

Le 24 décembre, les États-Unis avaient dépassé la barre des 197 000 cas quotidiens et enregistré 1345 décès dans le pays le plus endeuillé du monde (plus de 800 000 morts).

Plus d'enfants hospitalisés à New York  

Plusieurs États comme le Delaware, Hawaï, le Massachusetts, le New Jersey et New York, ainsi que le territoire américain de Porto Rico, ont connu une hausse jamais vue sur une période de sept jours, ajoute le quotidien.

AFP

À New York, les autorités sanitaires ont également constaté une hausse du nombre d’enfants hospitalisés à cause de la COVID-19.

À l'image de l'Afrique du Sud?  

La fin de cette poussée «est très difficile à prédire», a ajouté le Dr Fauci. «Nous espérons que cela atteindra un pic et redescendra, à l'instar de ce qu’on a vu dans d’autres pays comme l’Afrique du Sud.»

Dans ce pays, où a été détecté en premier le variant Omicron, les contaminations sont en baisse après avoir explosé. C’est «peut-être dû à la saturation, c’est-à-dire que le variant a atteint toutes les cibles vulnérables», comme les personnes non vaccinées, qui sont encore nombreuses aux États-Unis, a-t-il estimé.

Moins dangereux?  

Le variant Omicron, plus contagieux que le Delta, semble toutefois moins dangereux pour les personnes ayant reçu au moins deux doses de vaccin, a ajouté Anthony Fauci.

• À lire aussi: Une 5e vague qui s’essoufflera rapidement? Des nouvelles encourageantes sur Omicron

«Nous espérons que cette moindre gravité empêchera une hausse des hospitalisations, mais nous sommes vraiment très inquiets pour les non-vaccinés qui sont vulnérables», a-t-il assuré.

Le scientifique s’est également dit défavorable à une nouvelle campagne vaccinale pour une quatrième dose, estimant que des rappels trop rapprochés ne permettaient pas au système immunitaire de se renforcer contre le coronavirus.

«À l’heure actuelle, faites-vous faire la dose de rappel, ne vous préoccupez pas d’une quatrième dose et peut-être qu’on n’aura jamais à s’en inquiéter», a-t-il dit.