Les travailleurs de la santé positifs à la COVID-19 pourront travailler à certaines conditions | 24 heures
/bref

Les travailleurs de la santé positifs à la COVID-19 pourront travailler à certaines conditions

Image principale de l'article Les travailleurs positifs pourront travailler
Photo d’archives

Les travailleurs de la santé ayant reçu un résultat positif à un test de COVID-19, mais qui sont asymptomatiques pourront continuer de travailler «sous certaines conditions». C'est ce qu’a annoncé le ministre de la Santé Christian Dubé, mardi.

• À lire aussi: Le Québec rapporte 12 833 nouveaux cas de COVID-19

«Je vous garantis que ça va être du cas par cas», a soutenu le ministre, ajoutant qu'il s'agissait d'une mesure nécessaire afin d'éviter un «débordement du système de santé». 

«Si on avait le choix, on ne le ferait pas. On ne le fait pas par gaieté de coeur», a-t-il insisté.

«On est pris dans un étau où les hospitalisations augmentent alors que de plus en plus de soignants doivent s'absenter. Autrement dit, on a de plus en plus de malades et de moins en moins de monde pour les soigner», a précisé M. Dubé. 

À l'heure actuelle, 7000 travailleurs du réseau de la santé sont absents en raison de la COVID-19. Le ministre s'attend à ce que ce nombre atteigne 10 000 dans les prochains jours. 

Québec prévoit étendre cette mesure à tous les employés jugés essentiels. 

s

Accélération de la vaccination         

À compter du 4 janvier, la population générale, c'est-à-dire les Québécois âgés de 18 à 59 ans, pourra prendre rendez-vous pour obtenir une troisième dose de vaccin. La vaccination sera ouverte graduellement par groupe d'âge. 

• À lire aussi: Voici à quel moment vous pourrez prendre rendez-vous pour votre 3e dose

D’ici mars, Québec souhaite avoir vacciné tout le monde. 

Appel aux non-vaccinés   

M. Dubé a par ailleurs appelé les Québécois non vaccinés à prendre rendez-vous pour recevoir le vaccin. «Ou bien vous allez vous faire vacciner ou bien vous allez faire la maladie», a-t-il affirmé.  

• À lire aussi: On déboulonne 10 mythes et «fake news» sur la COVID-19

Le ministre a ajouté que «dans moins de trois mois, tous les non-vaccinés auront contracté la maladie». 

Vers une période d’isolement réduite?  

Québec évalue la possibilité d'écourter la période d'isolement de 10 à 5 jours pour les personnes positives, mais asymptomatiques, comme le recommande la CDC aux États-Unis.