Netflix : pourquoi le film «Don't Look Up» fait autant jaser la critique et les spectateurs? | 24 heures
/bref

Netflix : pourquoi le film «Don't Look Up» fait autant jaser la critique et les spectateurs?

Image principale de l'article Pourquoi le film «Don't Look Up» fait tant jaser?
Rotten Tomatoes/Netflix

Le récent succès de Netflix Don’t Look Up fait jaser: certains disent qu'il s'agit du meilleur film sur la crise climatique, mais il n'obtient une note positive que de 55% des critiques de cinéma, selon Rotten Tomatoes. Pourquoi? On fait le point.

À noter: cet article comporte des divulgâcheurs.

• À lire aussi: Voyez les meilleures photos 2021 du photographe de Justin Trudeau

• À lire aussi: 75% des jeunes dans le monde trouvent l'avenir effrayant

C’est quoi, Don’t Look Up?  

Grosso modo, Don’t Look Up, un film présenté sur Netflix, se veut une satire de la société actuelle. Il raconte l’histoire d’une candidate au doctorat en astronomie, Kate Dibiasky, interprétée par la brillante Jennifer Lawrence — qui s’offre un retour sur grand écran après une pause de quatre ans — et de son conseiller de doctorat, le Dr Randall Mindy, campé par l’excellent Leonardo DiCaprio.

Les deux scientifiques ont découvert une comète qui frappera la Terre dans quelque six mois, selon une certitude mathématique de près de 100%. Rien de moins. Toutefois, ils sont largement ignorés par la population, incluant le gouvernement américain.

Sans vouloir vous divulgâcher le film... tout le monde (ou presque) meurt. 

• À lire aussi: On a demandé à des politiciens s'ils sont écoanxieux

• À lire aussi: Détruire une forêt pour construire une autoroute

Mettre le doigt sur le bobo  

Dans un billet publié dans The Guardian, le climatologue et auteur Peter Kalmus lance d’emblée que Don’t Look Up est «le film le plus exact sur la terrifiante non-réponse de la société à la dégradation du climat» qu’il a vu.

«Ce n’est pas qu’un film sur la façon dont l’humanité réagirait à une comète qui tue la planète; c’est un film sur la façon dont l’humanité réagit à une dégradation climatique qui tue la planète», écrit-il. 

Selon M. Kalmus, cette comédie noire transmet une vérité absolue que les climatologues et d’autres personnes qui comprennent l’ampleur de l’urgence climatique vivent tous les jours.

«Après 15 ans de travail, j’en suis arrivé à la conclusion que le public en général et les dirigeants mondiaux, en particulier, sous-estiment la rapidité, la gravité et la permanence de la dégradation climatique et écologique si l’humanité ne se mobilise pas», écrit-il.

Certains critiques n’ont pas apprécié  

Mais sur le populaire site de critiques de cinéma Rotten Tomatoes, Don’t Look Up n'obtient une note positive que de 55% des critiques. En revanche, le film est toujours numéro un sur Netflix, et ce, dans 94 pays, moins d’une semaine après sa sortie.

David Vetter de Forbes Magazine a analysé les critiques acerbes.

Deux points sont ressortis de son analyse: le premier était que le long-métrage satirique serait «inconfortable» à regarder. Divers critiques américains l’ont décrit comme étant «brutal» et «strident».

«Selon ces critiques, il est bien de faire des films sur la crise climatique — du moment que vous le faites d’une manière apaisante pour le spectateur», écrit Vetter.  

Puis, plusieurs reprochent le fait que Don’t Look Up se moque des gens, dont des médias, et que ce n’est pas nécessairement la meilleure approche pour sensibiliser la population à un tel sujet. 

Le film, par exemple, ne ferait qu’aliéner ceux qui ont le plus besoin d’être touchés par son message, comme les chefs d'État. 

Acclamé par le monde scientifique  

• À lire aussi: Leonardo DiCaprio a eu du mal à tourner une scène de nu avec Meryl Streep

Malgré les mauvaises critiques, plusieurs scientifiques, toutes sphères confondues, semble avoir apprécié le film réalisé par Adam McKay.

L’influent professeur de sciences de l’atmosphère et directeur du Earth System Science Center de la Penn State University, Michael E. Mann, écrit dans le Boston Globe que Don’t Look Up n’est pas un franc succès parce qu’il est «drôle et divertissant», mais parce qu'il agit comme un «commentaire sociopolitique sérieux qui se fait passer pour de la comédie».

«C’est un récit d’avertissement sur la crise climatique, assemblé par l’humour mordant caractéristique de [Adam] McKay», mentionne-t-il. 

Au Québec, le météorologue Gilles Brien y va aussi d’une flèche à l’endroit des gouvernements du Québec et du Canada, qui «préfèrent parler des Expos et des Nordiques».

D’autres soulignent la performance des différents acteurs. On n'a qu’à penser à Meryl Streep dans le rôle d’une présidente américaine largement inspirée de Donald Trump.

À voir aussi      

s

s