Racisme au hockey: des Haïtiens québécois brisent les stéréotypes | 24 heures
/panorama

Racisme au hockey: des Haïtiens québécois brisent les stéréotypes

s

Des joueurs d’origine haïtienne veulent démocratiser le hockey dans leur communauté, qui est victime de beaucoup de préjugés racistes dans ce sport. L’équipe nationale de hockey-balle d’Haïti, basée à Montréal, veut montrer qu’elle peut rivaliser contre les meilleures équipes au monde, et elle se prépare pour les prochains championnats qui se tiendront au Québec.

• À lire aussi: 10 bonnes nouvelles pour la diversité dans le sport en 2021

«Pendant plusieurs années, quand on regardait un Noir jouer sur une patinoire ou même sur un terrain de hockey-balle, le respect n’était pas nécessairement au rendez-vous», mentionne l’entraîneur-chef et directeur général de Team Haïti, Ainslie Bien-Aimé. 

Hockeyeur depuis son plus jeune âge, Ainslie a lui-même reçu beaucoup d’insultes et de commentaires sur sa couleur de peau sur la glace ou dans les gymnases. 

«J’ai vécu du racisme, mais quand j’étais dans le feu de l’action, pour moi, c’était la norme, se souvient-il. Aujourd’hui, avec le recul, je réalise ce que j’ai vécu et je vois à quel point c’était difficile.»  

Malgré le racisme, il est devenu un joueur de hockey réputé et a même remporté les grands honneurs sur la scène internationale.

• À lire aussi: Le patineur montréalais Elladj Baldé publie des vidéos incroyables sur TikTok

Médaille d’or pour Haïti  

Il a d’abord remporté les championnats du monde avec l’équipe canadienne de hockey-balle, en 2007. Sa victoire la plus importante reste toutefois celle de 2015, lorsqu’il a gagné l’or avec l’équipe haïtienne. 

«L’équipe a vraiment shock the world, c’est quelque chose qui est vraiment impressionnant», lance Gibson Aimé, 29 ans, qui s’est joint à Team Haïti par la suite. 

Lorsqu’ils ont remporté l’or, les joueurs en étaient à leurs débuts ensemble. L’équipe a été créée en 2014 par des Haïtiens habitant à Montréal. Les membres fondateurs de l’équipe avaient alors pris contact avec le consulat d’Haïti au Canada pour demander l’autorisation de représenter le pays aux championnats du monde. 

• À lire aussi: 7 athlètes qui ont fait leur coming out

«Équipe dominante»  

Puis, 25 Québécois d'origine haïtienne se sont envolés vers Zurich, en Suisse. Ils ont gagné la première place dans le groupe B, qui comptait des pays comme l’Italie, la France, Hong Kong ou l’Arménie. 

«Je crois en Team Haïti et je vais toujours croire en Team Haïti, parce que c’est un projet qui est parti de rien et, aujourd’hui, on parle de nous comme d’une équipe dominante», affirme Gibson, qui est défenseur. 

Il a lui-même vécu du racisme dans le sport et croit fermement que les succès de Team Haïti contribuent à faire tomber les stéréotypes. 

«C’est sûr qu’en tant qu’Haïtiens, on part à moins un, mais quand tu démontres que tu peux jouer, ils te respectent à ta juste valeur et, nous, c’est tout ce qui nous importe», lance-t-il.

• À lire aussi: On a jasé avec un décorateur de Noël professionnel

Championnats mondiaux au Québec  

À la fin décembre, l’équipe se préparait en vue des championnats du monde, qui se tiendront à Laval, en 2022. Parmi les 75 joueurs qui se sont présentés au camp de sélection en novembre, 25 ont réussi à percer l’alignement. 

Le joueur recrue Zachary St-Surin en sera à sa première expérience avec Team Haïti. Il a été étonné de la qualité des joueurs présents aux entraînements.

Zachary a joué à un très haut niveau au hockey, évoluant dans la LHJMQ avec le Drakkar de Baie-Comeau. «J’étais le troisième Noir de l’histoire de l’équipe», souligne-t-il. 

À travers son expérience dans le hockey compétitif, il raconte avoir vécu peu de racisme, même s’il est conscient que d’autres joueurs en sont toujours victimes. Le jeune homme de 21 ans ose croire que les mentalités sont en train de changer au hockey. 

«C’est sûr que notre génération, on est plus ouverts d’esprit, à mon humble avis. Donc, ça facilite beaucoup les choses.»

Zachary, Gibson et Ainslie sont tous extrêmement fiers de représenter leur nation, mais aussi de pratiquer un sport qu’ils adorent. Maintenant, les trois ont un objectif en tête en vue des prochains championnats du monde: gagner et montrer que Team Haïti se classe (toujours!) parmi les meilleures équipes. 

À VOIR AUSSI

Il lutte contre les préjugés sur TikTok

s