COVID-19: la période d’isolement passe de 10 à 5 jours, fin des tests PCR | 24 heures
/bref

COVID-19: la période d’isolement passe de 10 à 5 jours, fin des tests PCR

Image principale de l'article La période d’isolement passe de 10 à 5 jours
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

C'est confirmé: le Québec fait passer la période d’isolement de 10 à cinq jours pour les personnes doublement vaccinées ayant obtenu un test positif à la COVID-19. La Santé publique revoit également sa stratégie de dépistage en priorisant certains groupes de la population.

Un isolement plus court 

Les personnes doublement vaccinées qui ont des symptômes ou un test positif à la COVID-19 doivent désormais s’isoler pour une période réduite de cinq jours.

Après les cinq jours d’isolement, elles peuvent sortir, mais doivent garder un masque en tout temps, ne doivent pas partager un repas avec leur collègue ou une autre personne et éviter d’avoir des contacts.

• À lire aussi: Passeport vaccinal bientôt obligatoire pour entrer à la SAQ et à la SQDC?

• À lire aussi: Voyez à quelle aide financière vous avez droit

Le télétravail pour ces personnes doit être priorisé, alors qu’il leur est suggéré de passer un test rapide avant de retourner en présentiel.

Cette réduction de la période d’isolement s’explique notamment en raison de la période de contagiosité liée à Omicron. Selon les observations des chercheurs, la charge virale est à son maximum 48 heures avant le début de l’apparition des symptômes et trois jours après, a expliqué Marie-France Raynault.

Un isolement de cinq jours au total devrait donc être suffisant, a jugé la santé publique.

Ce modèle a déjà été mis en place en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario et en Saskatchewan.

Dépistage: changement de stratégie 

• À lire aussi: Vous êtes déclaré positif à la COVID-19? Voici ce que vous devez faire

Avec la montée exponentielle et hors de contrôle des cas liés à Omicron, «le dépistage est inopérant pour le contrôle de la transmission communautaire», a fait savoir mardi lors d’un breffage technique Marie-France Raynault, conseillère médicale stratégique senior de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

«Il y a eu une augmentation majeure de la demande de tests, ici, et ailleurs dans le monde. [...] On ne peut pas offrir des tests PCR à tout le monde», a précisé Mme Raynault.

Ainsi, les gens qui ne sont pas dans les groupes prioritaires ne devraient pas se présenter dans les centres de dépistage.

Seuls les personnes hospitalisées, les patients des services d’urgence, les travailleurs de la santé en contact avec les patients, tous ceux qui gravitent avec les soins essentiels, ceux qui œuvrent dans les refuges pour sans-abri, les travailleurs étrangers temporaires, les patients ambulatoires seront priorisés, mais aussi les Premières Nations et les personnes du milieu carcéral.

Des exceptions pourraient toutefois s’appliquer lors d’éclosions importantes.

Les personnes qui ont des symptômes de la COVID-19 sont invitées à passer un test rapide. Si elles n’y ont pas accès, elles doivent tout simplement s’isoler.

Parents d’enfants

Les parents d’enfants qui ont eu un cas contact doivent par ailleurs s’isoler pour cinq jours, même s’ils sont doublement vaccinés. Même chose pour les parents ayant eu une troisième dose.

Les nouvelles mesures devraient entrer en vigueur dès mardi et les personnes qui sont déjà en isolement depuis cinq jours peuvent donc en sortir, en suivant les nouvelles consignes.

Des changements pour les cas contact en garderies et en CPE devraient être annoncés, alors qu’un avis de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) est attendu afin de trancher.